Attaque d'Aqmi au Mali : un Français, 2 Maliens et un Casque bleu chinois tués

le
0
Attaque d'Aqmi au Mali : un Français, 2 Maliens et un Casque bleu chinois tués
Attaque d'Aqmi au Mali : un Français, 2 Maliens et un Casque bleu chinois tués

Un Casque bleu chinois et trois civils (un Français et deux Maliens)  travaillant pour l'ONU ont été tués dans une double attaque mardi soir à Gao, dans le nord du Mali. Al-Qaïda au Maghreb islamique (Aqmi) a revendiqué l'assaut, précisant qu'il avait été exécuté par des membres d'Al-Mourabitoune, groupe du chef djihadiste algérien Mokhtar Belmokhtar.

 

Une première attaque a visé mardi vers 22h45, le camp de la mission de l'ONU et une deuxième a ciblé les locaux d'un prestataire pour le Service des Nations unies de lutte contre les mines (UNMAS) dans un autre quartier. 

 

«Un Casque bleu du contingent chinois a trouvé la mort et une douzaine de membres du personnel des Nations unies ont été blessés dans l'explosion d'un véhicule piégé au camp», a précisé le porte-parole du secrétaire général de l'ONU en ajoutant qu'il s'agit de la première fois qu'un Casque bleu chinois est tué dans le nord du Mali. Trois autres Casques bleus chinois ont aussi été blessés dans cette attaque. 

 

Lors d'une deuxième attaque presque simultanée, «un employé contractuel de nationalité française et deux gardes de sécurité de nationalité malienne ont également été tués», a-t-il ajouté.

 

Alors que 12 casques bleu ont été tués dans cette zone rien qu'au mois de mai, le secrétaire général de l'ONU Ban Ki-moon a annoncé qu'il allait présenter dans les prochains jours au Conseil de sécurité des propositions «visant à renforcer les positions et les capacités de la Mission de l'ONU au Mali (Minusma).»

 

Les forces de la Minusma, déployées depuis juillet 2013, doivent disposer des «équipements adéquats pour opérer dans un environnement dangereux et imprévisible tel que le Mali», a-t-il ajouté. 

 

Le ministère français des Affaires étrangères a condamné la double attaque, assurant que la France se tenait «aux côtés des autorités maliennes comme de la Minusma» et ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant