Attaque chimique du 21 août à Damas : Assad nie sa responsabilité

le
0
Attaque chimique du 21 août à Damas : Assad nie sa responsabilité
Attaque chimique du 21 août à Damas : Assad nie sa responsabilité

Cette fois, Bachar al-Assad le dit clairement : il n'est pas responsable de l'attaque chimique du 21 août dans un quartier de Damas (Syrie), qui aurait fait entre 300 et 1400 morts selon les estimations. Il l'a affirmé à une journaliste de CBS qui l'a interviewé à Damas. «Il a nié avoir quelque chose à voir dans cette attaque», a raconté Charlie Rose.

«La chose la plus importante qu'il ait dite, c'est "il n'y a pas de preuve que j'ai utilisé des armes chimiques contre mon peuple"», a ajouté le journaliste américain. Des extraits de l'interview avec le dirigeant syrien devaient être diffusés lundi matin par la chaîne puis l'intégralité lundi soir sur une autre chaîne, PBS.

Dans une interview au Figaro la semaine dernière, le président syrien avait déjà laissé entendre qu'il n'était pas responsable de cette attaque, défiant «les États-Unis et la France d'avancer une seule preuve». «Supposons que notre armée souhaite utiliser des armes de destruction massive : est-il possible qu'elle le fasse dans une zone où elle se trouve elle-même et où des soldats ont été blessés par ces armes, comme l'ont constaté les inspecteurs des Nations unies en leur rendant visite à l'hôpital où ils sont soignés? Où est la logique?» s'était-il interrogé.

Les services secrets allemands auraient confirmé

Ce dimanche, le quotidien allemand Bild cite par ailleurs une source du BND, les services secrets allemands, qui affirme que Bachar al-Assad n'aurait pas donné l'ordre de l'attaque chimique. Selon une conversation interceptée par le BND, il ne l'aurait jamais approuvé personnellement. De hauts gradés de l'armée syrienne «réclament régulièrement depuis environ quatre mois des attaques chimiques au palais présidentiel à Damas (mais) ces demandes ont été toujours refusées, et l'attaque du 21 août n'a vraisemblablement pas été approuvée personnellement par Bachar al-Assad», écrit le Bild am ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant