Attaque à la machette à Charleroi, l'acte terroriste privilégié

le , mis à jour à 22:03
0
    BRUXELLES, 6 août (Reuters) - Deux policières ont été 
blessées samedi dans le centre de Charleroi en Belgique par un 
individu armé d'une machette qui a été abattu par une de leurs 
collègues, rapportent les autorités qui privilégient l'hypothèse 
d'un acte terroriste. 
    "Les premières indications vont très nettement vers la piste 
terroriste", a déclaré le chef du gouvernement belge, Charles 
Michel, sur l'antenne de RTL.     
    Sur son site, la RTBF précise que l'assaillant a pénétré 
dans une zone protégée située devant l'hôtel de police de la 
ville en criant "Allahu Akbar" (Dieu est grand). 
    Il a agressé deux policières en faction. L'une d'elle 
souffre de plaies profondes et a été hospitalisée tandis que sa 
collègue a été plus légèrement blessée, a déclaré la police. 
Leur vie n'est pas en danger, a-t-elle ajouté.  
    L'individu, hospitalisé dans un état grave après avoir été 
touché par balles, a finalement succombé à ses blessures. 
    Interrogé par VTM, un jeune homme a dit avoir entendu cinq à 
six coups de feu tirés rapidement, puis trois autres détonations 
trente secondes plus tard.  
    D'après les médias, l'agresseur a sorti une machette d'un 
sac à dos quand les policières ont demandé à le fouiller à un 
point de contrôle installé devant l'hôtel de police, dans le 
cadre du renforcement des mesures de sécurité en Belgique.   
    Aucun document d'identité n'a été retrouvé sur lui.  
    Un porte-parole du parquet fédéral a déclaré que les 
autorités recueillaient des informations et seraient en mesure 
d'en dire davantage dimanche matin. 
    Bruxelles, siège des institutions européennes et de l'Otan, 
et le reste de la Belgique sont en degré d'alerte de niveau 3, 
sur une échelle de 4, ce qui correspond à une menace "possible 
et vraisemblable".  
    L'aéroport et le métro de Bruxelles ont été le théâtre 
d'attentats djihadistes qui ont fait 32 morts le 22 mars 
dernier.  
    L'attaque de Charleroi intervient également après une série 
d'attaques en France et en Allemagne, dont certaines 
revendiquées par l'organisation Etat islamique. 
    Charles Michel doit présider dimanche une réunion avec les 
services de sécurité, rapportent les médias belges.  
 
 (Foo Yun Chee; Pierre Sérisier et Jean-Stéphane Brosse pour le 
service français) 
 
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant