Attali : les pistes pour réduire le déficit

le
0
La commission a rendu ce vendredi soir à Nicolas Sarkozy son second rapport, après celui de janvier 2008. Selon le document, la priorité va au désendettement et aux emplois.

Deux urgences et deux priorités de long terme. Loin des 316 mesures qu'elle préconisait dans son premier rapport pour rendre la société moins rigide, la commission Attali s'est cette fois-ci concentrée sur les axes majeurs qui doivent permettre d'augmenter le potentiel de croissance de la France. Dans le rapport qu'il a remis ce vendredi au chef de l'État, Jacques Attali se fixe comme priorité de répondre aux «urgences» que sont le désendettement et l'emploi.

Premier impératif, donc: ramener le déficit public sous le seuil de 3 % du PIB en 2013. Si la croissance atteint 2% sur la période, cela correspond à un ajustement de 75 milliards d'euros sur trois ans, via des économies de dépenses pour 50 milliards- et par un élargissement des assiettes fiscales et sociales, «c'est-à-dire une hausse des impôts» pour 25 milliards. Côté dépenses, quelques «mesures exceptionnelles» sur trois ans sont drastiques: le gel du point d'indice des salaires des fonctionnaires

...

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant