ATR prépare un nouvel envol

le
0

Le constructeur d'avions turbopropulseurs veut changer de statut juridique pour maintenir son avance technologique et commerciale,

Né en 1981 avec le lancement de l'ATR 300, le constructeur d'avions turbopropulseurs (à hélices) se prépare à changer de dimension. À son agenda, l'abandon du statut de groupement d'intérêt économique (GIE) pour celui de société anonyme. Cette forme juridique permettra de lancer le turboprop de nouvelle génération, une famille d'appareils qui devrait s'enrichir d'un modèle de 90 sièges et élargir son offre actuelle basée sur l'ATR-600 42 (50 sièges) et l'ATR-600 72 (70 sièges). Ce futur avion est crucial pour ATR, qui veut maintenir son avance technologique et commerciale sur ses rivaux d'aujourd'hui (Bombardier) et de demain (les constructeurs chinois, indiens et coréens).

Mais pour avancer, Filippo Bagnato, PDG d'ATR, se démène pour convaincre Airbus Group et l'italien Finmeccanica (actionnaires à parité) de faire évoluer l...

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant