Atol mise toujours sur le made in France

le
0
POURQUOI J'AI RELOCALISÉ - Le distributeur a rapatrié la production des lunettes de sa propre marque en 2005. Il espère désormais parvenir à concilier production française et positionnement moyenne-gamme.

Depuis la relocalisation de leur production en 2005, les opticiens Atol se sont faits les chantres du «made in France». C'était déjà «par dépit» que la coopérative avait délocalisé sa production en Chine, en 2003. Elle n'était alors pas parvenue à trouver dans le Jura un sous-traitant qui accepte de produire ses modèles.

«A l'époque, nous venions d'obtenir en exclusivité la licence Ushuaïa. Avec notre réseau de 200 points de vente seulement, les industriels que j'ai démarchés pour fabriquer cette collection ont eu peur de n'avoir pas assez de volume à produire. Ils ont cru à un «one shot». Nous avons dû, à regret, partir en Chine», se rappelle Philippe Peyrard, PDG d'Atol.

Lorsque la coopérative atteint les 350 points de vente en 2005 750 aujourd'hui -, le PDG, qui n'est pas entièrement satisfait de sa production chinoise et n'oublie pas son idée de départ, retente sa chance dans le Jura. «Pour y avoir déjà travaillé, je savais que les industriel

...

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant