Atlético et Barça, sur un air de manita

le
0
Atlético et Barça, sur un air de manita
Atlético et Barça, sur un air de manita

Virevoltants face au Sporting et à Leganés, Colchoneros et Blaugrana promettent un duel au sommet pour leurs retrouvailles mercredi prochain. Un jeu léché que n'a pas pratiqué le Real Madrid, qui n'en a que faire : vainqueur une seizième fois de suite, il conserve leur place de leader après une quatrième journée riche en événements.

L'equipazo du week-end : Atlético de Madrid


Alors, trop défensif cet Atlético ? À en croire le tableau d'affichage du Vicente Calderon, pas vraiment. Auteur d'une manita face au pourtant surprenant second de Liga, le Sporting de Gijon, la bande à Griezmann récite l'une de ses meilleures partitions depuis des mois. Un festival qui, forcément, porte le sceau du Mâconnais. Buteur dès le coup d'envoi, puis récidiviste d'une frappe limpide, il abreuve ses coéquipiers en caviar et rend fou l'arrière-garde asturienne par ses mouvements entre les lignes. Le chef d'oeuvre individuel du Français, salué par un peuple colchonero conquis, ne fait qu'accompagner la performance collective aboutie des disciples du Cholo. Dans un 4-2-4 résolument offensif, Koke et Saul officiant seuls au milieu, le jeu en une touche, dans les petits espaces ou en contre écartèle le Sporting. Gameiro et Fernando Torres, par deux fois, peuvent même gonfler leur moral après des dernières sorties timorées.

Le Don Quichotte du week-end : Aritz Aduriz (Athletic Bilbao)


Ancienne pointe de Valence, Aritz Aduriz en est aujourd'hui le cauchemar. Malgré ses désormais 35 ans, le natif de San Sebastian se veut l'égal des grands vins et poursuit sa cure de jouvence. Dans les faits, sa partition dominicale se résume à deux buts qui le racontent. D'abord impérial dans les airs, il ridiculise Mangala et envoie son cabezazo dans la lucarne des Chés. Un pion de l'égalisation, Medran ayant ouvert le score sur un service de Nani préalablement, avant la banderille de la libération pour les Leones. Cette fois servi en profondeur, il s'engouffre dans la surface, maitrise l'espace-temps et lobe d'un extérieur succulent Diego Alves. Grâce aux deux golazos de son artilleur en chef, l'Athletic Bilbao engrange son premier succès à San Mamés et renvoie Valence à ses pires cauchemars. Bon dernier avec zéro point au compteur, Valence tangue comme jamais et doit s'interroger sur son projet sous peine de chavirer.

Le partidazo du week-end : Betis Séville - Grenade


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant