Atila Turan : "Grenoble, c'est le club auquel je dois tout"

le
0
Atila Turan : "Grenoble, c'est le club auquel je dois tout"
Atila Turan : "Grenoble, c'est le club auquel je dois tout"

Au poste de latéral gauche, Atila Turan est une belle option pour Olivier Guégan afin de peaufiner le bon début de saison du Stade de Reims. Né dans l'Yonne, passé par le Grenoble Foot 38 et fier de ses racines turques, le blond aux yeux bleus semble prêt à envoyer du lourd. Entretien avec un guerrier.

Bonjour Atila, comment se passe ton début de saison ? Bien ! On a fait une bonne préparation tous ensemble cet été, avec notre coach qui nous pousse toujours vers l'avant. Nous sommes très solidaires au sein du groupe, et la concurrence est saine. Notre bon début de saison coïncide avec cette préparation.
Tu es de plus en plus utilisé par ton coach cette année. Comment tu qualifierais ton rapport avec Olivier Guégan ? Je m'entends hyper bien avec lui, tout se passe bien. L'an dernier, j'ai passé une saison un peu compliquée à l'étranger, mais ça m'a bien servi de leçon. J'ai appris beaucoup de choses
Tu es aussi aux côtés de Franck Signorino quotidiennement à l'entraînement. Il compte plusieurs matchs en L1, il a un passé dans le championnat espagnol C'est quelqu'un auquel tu attaches une attention particulière ? Ici à Reims, je respecte tout le monde, encore plus les anciens. C'est clair que j'apprends beaucoup aux côtés de Franck. Que ce soit sur le terrain ou en dehors, pour me donner des conseils dans mon jeu, les petites erreurs que je peux faire parfois C'est un peu comme un grand frère. Il me permet de progresser plus vite, de bien m'adapter à la Ligue 1.
Revenons un peu aux bases. Comment s'est passée ta jeunesse à Migennes, près d'Auxerre ? J'ai très vite joué au foot en fait. J'étais issu d'un quartier populaire là-bas, à Cheny. On n'avait pas grand-chose d'autre à faire que de jouer au foot, donc je jouais matin, midi et soir. J'ai joué un an au Stade auxerrois, à 100 mètres du stade de l'AJ Auxerre. Dans ma famille, j'ai un petit frère et une petite sœur, c'est moi l'aîné. On était très rapprochés, mais j'ai voulu faire le choix de partir à Grenoble.
Justement, tu pars très jeune pour Grenoble, à seulement 14 ans, en 2006. Pourquoi avoir fait un tel choix ? Plusieurs clubs souhaitaient me faire signer : Rennes, l'AS Saint-Étienne Pour faire sa formation, c'était quand même des gros clubs. J'ai réfléchi, et puis Grenoble s'est aussi présenté. Honnêtement, j'ai senti plus d'envie du côté de GF38 de me recruter. Je me souviendrais toujours que Bernard Blaquart, le directeur du centre de formation du GF38 à l'époque,…




Lire la suite de l'article sur SoFoot.com

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant