Athlétisme: Usain Bolt reprend son bien

le
0
USAIN BOLT REPREND L'OR MONDIAL DU 100 M
USAIN BOLT REPREND L'OR MONDIAL DU 100 M

par Mitch Phillips

MOSCOU (Reuters) - Le Jamaïcain Usain Bolt et la Française Mélina Robert-Michon, spécialiste du lancer du disque, ont obtenu dimanche ce qu'ils étaient venus chercher aux championnats du monde d'athlétisme de Moscou: une médaille.

Sacré sur 100 mètres il y a quatre ans à Berlin puis déchu de son titre il y a deux ans à Daegu (Corée du Sud) pour faux départ, Usain Bolt ne rêvait que d'or.

Il a eu ce qu'il voulait en courant en 9"77 sous la pluie, loin de son record de 9"58 établi lors des Mondiaux 2009, mais suffisant pour battre son voisin de couloir, l'Américain Justin Gatlin (9"85) et son compatriote Nesta Carter (9"95).

"Je voulais faire un meilleur temps mais ce n'était pas possible à cause de la météo", a confié à la presse Usain Bolt. "Ce n'était pas 'Chantons sous la pluie' ce soir, mais plutôt 'Courons sous la pluie'."

"Je me sens bien, juste un peu fatigué. J'ai besoin de me reposer", a-t-il ajouté.

Hormis Justin Gatlin, l'homme aux deux suspensions pour dopage, Usain Bolt n'avait a priori pas de concurrent à sa mesure compte tenu de l'absence de Yohan Blake, blessé et de celles de Tyson Gay et Asafa Powell, convaincus de dopage.

L'homme le plus rapide de l'Histoire est apparu décontracté sur la ligne de départ, toujours prêt à faire le spectacle en mimant cette fois-ci un parapluie.

Septième avec un chrono de 10"06, le Français Christophe Lemaitre a quant à lui fini la course en grimaçant. Le champion d'Europe s'est blessé à la jambe droite dans les dernières foulées et a dû quitter la piste sur une civière.

Cette blessure met en question sa participation au 200 m, la distance sur laquelle il avait décroché le bronze à Daegu, ainsi qu'au 4x100 m.

Christophe Lemaitre était le seul représentant français en finale puisque Jimmy Vicaut, qui semblait plus en forme que lui ces derniers mois, n'a pas réussi à franchir le cap des demi-finales.

"IL Y EN A QUI RIGOLAIENT"

L'équipe de France a tout de même obtenu sa première médaille, grâce à l'argent de Mélina Robert-Michin qui a confirmé à 34 ans les espoirs placés en elle au début de sa carrière.

La lanceuse, qui n'avait jamais fait mieux qu'une huitième place lors de ses quatre précédentes apparitions aux championnats du monde, a établi à sa dernière tentative un nouveau record de France, 66,28 m.

Elle a fait moins bien que la Croate Sandra Perkovic (67,99 m), médaillée d'or, mais mieux que la Cubaine Yarelys Barrios (64,96 m), médaillée de bronze.

"J'ai du mal à trouver les mots. J'ai travaillé dur depuis longtemps pour ça. Depuis le début de la saison, je disais que je voulais monter sur le podium", a-t-elle dit sur France Télévisions.

"Il y en a beaucoup qui rigolaient, qui n'y croyaient pas trop", a-t-elle poursuivi.

Elle était devenue vice-championne du monde juniors en 1998 puis championne d'Europe espoirs en 2001. Son précédent record de France (65,78 m) était vieux de onze ans.

"Je l'ai attendue tellement longtemps. Je pense que c'est encore plus fort."

Le décathlonien Kevin Mayer est, quant à lui, passé à côté du bronze, terminant à la quatrième place d'un concours dominé par l'Américain Ashton Eaton, déjà champion olympique et détenteur du record du monde de la spécialité.

Autres épreuves, autres médailles: l'Américaine Brittney Reese a remporté son troisième titre de championne du monde de saut en longueur et l'Ethiopienne Tirunesh Dibaba, sacrée sur 10.000 m en 2005 et 2007, a retrouvé son bien. Comme Usain Bolt.

Simon Carraud pour le service français, édité par Jean-Loup Fiévet

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant