Athlétisme : quand le fils Diack évoquait le « rôle politique joué par la Russie » au Sénégal

le
0
Papa Massata Diack (en blanc), mercredi 17 février, à Dakar.
Papa Massata Diack (en blanc), mercredi 17 février, à Dakar.

« Le Monde » révèle un document où l’ancien conseiller marketing de l’IAAF évoque pourtant le « rôle politique joué par la Russie » lors des élections de 2012.

« Le plus gros mensonge de l’histoire du sport mondial. » Voilà comment Papa Massata Diack, qui a reçu la chaîne de télévision L’Equipe 21, samedi 20 février, dans un hôtel de Dakar, a résumé les soupçons de corruption le visant. L’ancien conseiller marketing de la Fédération internationale d’athlétisme (IAAF) a été placé par Interpol sur la liste des personnes les plus recherchées. La justice française le soupçonne d’être un acteur central de l’affaire de corruption qui secoue l’IAAF.

Son père, Lamine Diack, président de l’IAAF de décembre 1999 à août 2015, a été mis en examen pour corruption passive et blanchiment aggravé, en novembre 2015. Aux enquêteurs français puis au juge d’instruction Renaud Van Ruymbecke, l’ex-président a déclaré que des fonds russes auraient contribué en 2012 au financement de l’opposition pour battre le président sortant, Abdoulaye Wade, avait révélé Le Monde en décembre 2015. En échange, l’IAAF aurait couvert des cas de dopage russe.

Face au journaliste de L’Equipe, Papa Massata Diack reconnaît seulement que son père a pris « la décision politique de reporter les sanctions contre des athlètes russes pour protéger les championnats du monde [à Moscou en 2013]. Il y avait des attaques contre la tenue de ces Mondiaux. La moindre des choses, c’était que le président ait le courage politique d’attendre la fin des championnats pour sanctionner ».

Son père a déclaré, devant les enquêteurs puis face au juge, avoir sollicité une aide financière aup...

Retrouvez cet article sur LeMonde.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant