Athlétisme-Davies (IAAF) se retire le temps d'une enquête

le
0
 (Actualisé avec citation, contexte) 
    LONDRES, 22 décembre (Reuters) - Nick Davies, bras droit du 
président de la Fédération internationale d'athlétisme (IAAF), a 
annoncé mardi renoncer à ses fonctions pendant l'enquête sur des 
emails qu'il a envoyés il y a deux ans à propos du dopage 
d'athlètes russes avant les mondiaux de 2013 à Moscou. 
    Lundi, le journal Le Monde a révélé un courriel daté du 19 
juillet 2013 envoyé par Nick Davies à Papa Massata Diack, 
consultant en marketting pour l'IAFF à l'époque et fils du 
président d'alors de l'IAAF, Lamine Diack. Ce mail évoquait la 
stratégie à développer vis-à-vis des médias pour limiter 
l'impact dans la presse d'une série de cas de dopage d'athlètes 
russes. 
    Nick Davies était en 2013 directeur de la communication de 
l'IAAF. Il est aujourd'hui directeur de cabinet du nouveau 
président de l'IAAF, Sebastian Coe. 
    "Ce qui est devenu évident aujourd'hui est que c'est moi 
d'affaire", a déclaré le Britannique dans un communiqué publié 
par l'IAFF. Il précise qu'il renonce à ses fonctions en 
attendant une décision du comité d'éthique de l'IAAF sur sa 
conduite. 
    Il ajoute qu'il a proposé son aide au comité ainsi qu'à la 
police française et à l'Agence mondiale anti-dopage (Ama). 
    "J'ai adressé mes emails à Papa Diack en 2013, mes 
communiqués et les circonstances des courriels au comité 
d'éthique de l'IAAF", a déclaré Nick Davies. 
     
    "RESTER TRÈS SECRET" 
    Les Diack père et fils font l'objet d'une enquête de l'IAAF 
et de la police française pour faits de corruption. Ils sont 
soupçonnés d'avoir dissimulé des tests positifs au dopage. 
Parallèlement, au mois de novembre, la fédération russe 
d'athlétisme et tous ses adhérents ont été interdit de 
compétition sportive.   
    Selon Le Monde daté de mercredi, Nick Davies dit que son 
email, envoyé quelques semaines avant les championnats du monde 
de Moscou (10 au 18 août 2013), doit "rester très secret". 
    "J'ai besoin de m'asseoir pour parler avec le département 
antidopage et comprendre exactement quels sont les "cadavres" 
russes que nous avons toujours dans le placard, en ce qui 
concerne le dopage", explique Nick Davies. 
    "Nous pouvons aussi préparer un dossier sur les tests 
antidopage de l'IAAF, explique le Britannique, qui montrera que 
l'une des raisons qui expliquent le fait que beaucoup de Russes 
se révèlent positifs est qu'ils se font beaucoup contrôler." 
    Le courriel suggère aussi que Sebastian Coe, qui occupait à 
l'époque un poste de vice-président, puisse utiliser son 
influence politique au Royaume-Uni pour minimiser les dégâts 
susceptibles d'être créés par des révélations sur le dopage et 
cherche les moyens de contrer des articles négatifs qui 
paraîtraient dans la presse britannique. 
    Joint par Le Monde lundi, Nick Davies a expliqué qu'il ne 
s'agissait là que d'un "échange d'idées" en vue d'une stratégie 
vis-à-vis des médias et qu'il n'y a pas eu de plan mis en place 
après ce courriel. 
    Massata Diack a pour sa part nié mardi toute participation à 
des faits de corruption et dit que son père était innocent. 
 
 (Mitch Phillips; Danielle Rouquié pour le service français) 
 
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant