Athènes veut privatiser les biens de l'Église

le
0
Après l'annonce du report de la mission de la troïka, la Grèce est à nouveau en quête de liquidités.

Le vote d'un budget de rigueur en Grèce, samedi, n'a pas suffi à calmer la troïka, composée des créanciers internationaux du pays (UE, BCE, FMI). Exaspérée par la lenteur des réformes, elle a annoncé qu'elle reportait sa décision sur Athènes en janvier, lorsque la Grèce aura entamé la présidence de l'UE.

Faute d'accord avec la troïka, le versement d'une tranche d'aide d'un milliard d'euros est en suspens. Le gouvernement Samaras affirme pouvoir financer la prochaine «tombée» de dette, le 15 janvier prochain, par l'émission de bons du Trésor à court terme. Il refuse de céder à la panique et assure que le pays prépare un retour sur les marchés au second semestre 2014.

En attendant, pour résoudre ses problèmes récurrents de liquidités, Athènes a décidé d'exploiter les précieux biens de l'Église, deuxième propriétaire foncier du pays. Une «société anon...

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant