Athènes se veut optimiste sur le vote des réformes

le
0

(Actualisé avec des précisions, du contexte) par Renee Maltezou et Angeliki Koutantou ATHENES, 14 juillet (Reuters) - Le Parlement grec adoptera les réformes exigées par les partenaires européens d'Athènes en vue de l'octroi d'un troisième plan d'aide financière, malgré les objections de certains membres de la coalition au pouvoir, a déclaré mardi le ministre de l'Intérieur Nikos Voutsis. "Les décisions facilitant un retour à la normalité seront prises", a-t-il déclaré à la presse. Au lendemain de la conclusion d'un accord sur l'octroi d'une aide par le Mécanisme européen de stabilité (MES) moyennant une nouvelle cure d'austérité, le Premier ministre grec Alexis Tsipras doit convaincre les parlementaires d'adopter ces mesures, plus drastiques que celles rejetées massivement par les électeurs grecs lors du référendum du 5 juillet. Selon les termes de cet accord, la Vouli, le parlement monocaméral grec, doit se prononcer d'ici mercredi sur une série de réformes (notamment une hausse de la TVA et une réforme des retraites) qui pourraient être regroupées dans un unique projet de loi. Confronté à la fronde de certains membres de son propre parti Syriza, Alexis Tsipras devra probablement s'assurer du soutien de membres de l'opposition pour faire adopter ce texte. D'autant plus que son partenaire de coalition, la petite formation souverainiste des Grecs indépendants, lui a offert un soutien ambigu, indiquant qu'il n'approuverait que les mesures qu'il avait avalisées avant le sommet du week-end dernier à Bruxelles, lesquelles étaient moins radicales. "Nous nous sommes engagés à voter pour ce qui avait été décidé lors du conseil des dirigeants politiques et seulement cela, sans aucune autre mesure qui serait imposée", a déclaré Panos Kammenos, chef de file de ce parti. Le quotidien de centre-droit Kathimerini estime que le Premier ministre se trouve confronté "à une équation difficile, dans la mesure où le nombre de 'frondeurs' pourrait atteindre où dépasser 40 pour le vote de mercredi". Alexis Tsipras, qui peut théoriquement compter sur le vote de 162 députés, doit réunir le soutien de 151 des 300 parlementaires grecs pour faire passer les réformes. (Avec le bureau d'Ahènes; Myriam Rivet pour le service français, édité par Wilfrid Exbrayat)

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant