Athènes renvoie 18 migrants en Turquie dans le cadre de l'accord

le
0
    ATHENES, 26 avril (Reuters) - Deux ferries ont quitté mardi 
la Grèce à destination de la Turquie, avec à leur bord 18 
migrants renvoyés. Un porte-parole gouvernemental grec a déclaré 
parallèlement qu'Athènes faisait tout son possible pour traiter 
les dossiers des migrants à refouler vers la Turquie en vertu de 
l'accord intervenu avec Ankara pour endiguer l'afflux de 
réfugiés vers l'Europe. 
    Depuis le 4 avril, un peu plus de 340 migrants ont été 
renvoyés en Turquie dans le cadre de l'accord conclu par l'Union 
européenne et Ankara en mars. 
    Treize personnes ont été expulsées mardi de l'île grecque de 
Lesbos en direction de la ville turque de Dikili, et cinq autres 
ont été acheminées par ferry de l'île de Chios vers la station 
balnéaire turque de Çeme, a déclaré la police. La plupart de 
ces migrants étaient de nationalité afghane. Aucun d'entre eux 
n'avait fait de demande d'asile en Grèce, a précisé un 
responsable gouvernemental à Athènes. 
    L'accord intervenu entre Bruxelles et Ankara prévoit de 
renvoyer en Turquie tous les migrants, y compris syriens, en 
situation irrégulière qui sont arrivés après le 20 mars dans les 
îles grecques, et de procéder, pour chaque Syrien réadmis par la 
Turquie au départ des îles grecques, à la réinstallation d'un 
autre Syrien de Turquie dans un des Etats membres de l'UE. 
    La Commission européenne a dit mardi avoir obtenu la 
garantie formelle des autorités turques qu'elles permettraient 
aux migrants renvoyés de Grèce de bénéficier des procédures 
d'asile turques, un point crucial qui était encore en suspens. 
    La Turquie n'applique la Convention de Genève sur les 
réfugiés qu'aux Européens, accorde une protection limitée aux 
Syriens et ne prévoit aucune garantie légale pour les autres 
nationalités. 
    Bruxelles fait pression sur la Turquie depuis le mois de 
mars pour qu'elle modifie ces dispositions, cela pour permettre 
à l'UE d'augmenter le nombre de migrants qu'elle renvoie, sans 
que cela viole le droit international. 
    Le droit international bannit le refoulement de personnes 
vers un pays où leur vie ou leur sécurité est menacée. 
 
 (Karolina Tagaris; Eric Faye pour le service français) 
 
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant