Athènes dit vouloir un accord avec ses créanciers d'ici le 20 février

le
0
    ATHENES, 13 février (Reuters) - La Grèce s'efforce de 
parvenir à un accord "politique" avec ses créanciers 
internationaux sur toutes les questions retardant la "revue" de 
son plan de sauvetage pour le 20 février, date de la réunion des 
ministres des Finances de la zone euro, a déclaré lundi le 
ministre grec des Finances, Euclid Tsakalotos. 
    Tsakalotos a également déclaré à la chaîne Antenna TV que la 
Grèce ne demandait pas au Fonds monétaire international un 
"traitement de faveur", mais demandait à l'organisation 
internationale de décider si elle voulait participer au 
troisième plan d'aide de la Grèce. 
    Dans une interview accordée à Reuters lundi, la directrice 
générale du FMI Christine Lagade a déclaré que le Fonds 
s'efforçait de parvenir à un accord sur le plan de sauvetage de 
la Grèce mais ne pouvait pas enfreindre ses règles et réserver 
un traitement de faveur au pays.   
    "Je voudrais demander à Madame Lagarde de décider si le 
fonds doit ou non participer au programme, de répondre à de 
justes demandes, qui ne sont pas excessives", a déclaré 
Tsakalotos. "Ce que l'on ne peut pas pardonner c'est de perdre 
du temps sans préciser ses intentions."  
     
 
 (Renee Maltezou et Karolina Tagaris, Catherine 
Mallebay-Vacqueur pour le service français, édité par Véronique 
Tison) 
 
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant

Partenaires Taux