Athènes dément un contrôle des capitaux en cas d'échec

le
8
LA GRÈCE DÉMENT UN CONTRÔLE DES CAPITAUX EN CAS D'ÉCHEC DES DISCUSSIONS
LA GRÈCE DÉMENT UN CONTRÔLE DES CAPITAUX EN CAS D'ÉCHEC DES DISCUSSIONS

ATHENES/BERLIN (Reuters) - Le gouvernement grec dément les informations d'un journal allemand selon lesquelles la zone euro prévoit des mesures de contrôle des capitaux en Grèce en cas d'échec des discussions avec les créanciers d'Athènes d'ici la fin de la semaine, a déclaré un responsable gouvernemental à Reuters lundi.

Un porte-parole du gouvernement allemand a dit ne pas pouvoir confirmer ces informations. Un porte-parole de la Commission européenne s'est refusé à tout commentaire sur l'article concerné.

Selon le quotidien Süddeutsche Zeitung, les partenaires de la Grèce au sein de la zone euro se sont mis d'accord sur un plan d'urgence qui prévoit la mise en oeuvre de mesures de contrôle des capitaux si les discussions entre Athènes et ses créanciers n'aboutissent pas d'ici au week-end.

L'article, qui ne précise pas ses sources, explique que les créanciers internationaux d'Athènes veulent lui donner une nouvelle chance et laisser aux ministres des Finances de la zone euro le temps nécessaire pour parvenir à un éventuel compromis d'ici la fin de la semaine.

Si les ministres, qui se réunissent jeudi et vendredi, ne parviennent pas à conclure un accord, les chefs d'Etat et de gouvernement de l'UE seraient réunis en urgence à Bruxelles, peut-être dès vendredi, poursuit le quotidien allemand.

De source diplomatique française, on explique qu'"il y a plein de choses qui circulent". "Il n'y a pas de réunion prévue pour l'instant. On verra", a ajouté cette source.

Toujours selon le Süddeutsche Zeitung, le plan d'urgence sur lequel se sont mis d'accord les partenaires de la Grèce au sein de la zone euro prévoit la préparation de mesures de contrôle des capitaux pour les banques grecques, ce qui supposerait que ces banques restent fermées pendant plusieurs jours.

L'article précise toutefois que le Parlement grec devrait voter une loi spécifique pour permettre la mise en place de telles mesures. Si Athènes refusait l'adoption d'un tel texte, la dernière option pour la zone euro consisterait à "isoler" la Grèce du reste du système financier de la région, ajoute le journal, sans plus de précision.

(Lefteris Papadimas à Athènes, Andreas Rinke et Michael Bienaber à Berlin, Alastair Macdonald à Bruxelles et Elizabeth Pineau à Alger; Marc Angrand pour le service français)

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • b.renie le mardi 16 juin 2015 à 06:41

    Voilà le fautif des malheurs que nous subissons tous

  • b.renie le mardi 16 juin 2015 à 06:40

    Et tout cela parce que MITTERRAND pour être élu a promis et mis en place les 35 heures : perte de compétitivité de notre indusrtie : moins 10% en moyenne Puis la cinquième semaine de congés payés, Puis l'engraissement du Code du travail devenu autobloquant pour le développement de l'activité économique Puis l'embauche d'agents de la fonction publique = maintenant 5 millions et demi. qui engendre une dépense publique générant des impôts pour les payer.

  • b.renie le mardi 16 juin 2015 à 06:35

    M3571925 A TORT Ces mesures financières sont prévues pour éviter à la Grèce d'être paralysée totalement par la fuite des dépôts privés existant dans les banques grecques vers les banques étrangères. Des milliards d'euros qui sont déjà partis. Ce sont les grecs eux-mêmes qui asphyxient leur pays.C'est ce que l'inaction du gouvernement français peut provoquer en France s'il ne met pas en place une politique efficace contre la désindustrialisation du pays, par la réécriture du Code du Travail

  • b.renie le mardi 16 juin 2015 à 06:25

    EuropeGa dit ce qu'il pense mais ce qu'il pense est faux; L'Europe ne demande à la France que de respecter sa signature des traités. Si elle le faisait, il n'y aurait ni dette (parce que pas de déficit des comptes publics) ni chômage (parce que l'activité économique ne serait pas entravée par les syndicats)C'est parce que on a élu des incompétents ou des gens sans courage depuis que VGE a été battu par le démagogue François MITTERRAND

  • EuropeGa le mardi 16 juin 2015 à 00:16

    Pour la France, Union Européenne et euro sont génératrices de dette et de chômage. En 15 ans d’euro, l’industrie française divisée par deux ! __ Union Européenne : la peste de l’économie.

  • EuropeGa le mardi 16 juin 2015 à 00:07

    Pour la Grèce, depuis qu’elle est entrée dans l’Union Européenne et dans l’euro, la dette et le chômage n’ont cessé d’augmenter ! __Union Européenne et euro : institutions maudites.

  • M3571925 le mardi 16 juin 2015 à 00:04

    L'Europe fait feu de tous bois pour mettre les grecs et leur gouvernement à genoux !L'article du Süddeutsche tout en approximations fait partie de la panoplie destinée à faire paniquer les Grecs et à les faire céder !Soutien au peuple Grec dans sa résistance face à cette machine destructrice de la Troika !

  • raf62 le lundi 15 juin 2015 à 23:11

    Chypre bis

Partenaires Taux