AT&T renonce à acquérir T-Mobile USA

le
0
À cause de contraintes réglementaires, Deutsche Telekom ne cède pas sa filiale mobile aux États-Unis.

Les consommateurs pourront continuer à choisir entre trois opérateurs de téléphonie mobile dans plusieurs régions des États-Unis, notamment en Californie. Leur nombre aurait pu être réduit à deux si AT &T, numéro deux américain du téléphone mobile, avait fini par acquérir T-Mobile, filiale de Deutsche Telekom aux États-Unis, pour 39 milliards de dollars. Mais lundi soir, Randall Stephenson, le PDG d'AT &T, a dû renoncer à ses rêves de grandeur. Il voulait hisser le géant au premier rang des opérateurs américains de téléphonie mobile, devant Verizon.

Annoncé le 20 mars, le mariage n'aura pas lieu. En août, l'alliance avait été torpillée: le ministère américain de la Justice avait opposé son veto. Malgré l'obstacle, le patron d'AT &T, soutenu par René Obermann, son homologue de Deutsche Telekom, avait bataillé ferme pour lever les réticences. AT &T avait proposé de rapatrier 5 000 emplois déplacés par T-Mobile hors des États-Unis p

...

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant