AstraZeneca réorganise sa R&D et va supprimer 1.600 emplois

le
0
ASTRAZENECA VA SUPPRIMER 1.600 EMPLOIS
ASTRAZENECA VA SUPPRIMER 1.600 EMPLOIS

LONDRES (Reuters) - AstraZeneca va supprimer environ 1.600 emplois dans le cadre d'un plan de réorganisation de sa recherche et de regroupement de ses activités de développement de médicaments sur trois grands centres au Royaume-Uni, aux Etats-Unis et en Suède.

La décision va entraîner la fermeture du centre de recherche d'Alderley Park au nord de l'Angleterre, qui a longtemps été au coeur de l'activité de recherche et de développement (R&D) du groupe, a annoncé lundi le laboratoire pharmaceutique.

Son nouveau directeur général Pascal Soriot, qui doit présenter sa stratégie aux investisseurs le 21 mars, a précisé que ce projet entraînerait une charge exceptionnelle de 1,4 milliard de dollars (1,08 milliard d'euros).

Cette réorganisation devrait en revanche dégager des synergies d'environ 190 millions de dollars par an d'ici 2016.

Le projet comprend notamment un investissement de 500 millions de dollars pour la construction d'une nouvelle structure dédiée à Cambridge, où le groupe a l'intention de tirer partie de l'environnement universitaire de haut niveau.

"C'est un investissement majeur pour l'avenir de la société, qui lui permettra d'accélérer sa capacité d'innovation (...)", a-t-il dit.

En revanche, la décision de fermer le centre d'Alderley Park, le plus gros site de recherche du groupe, en activité depuis 40 ans, est un coup dur pour l'emploi dans la région.

Elle porte également atteinte aux ambitions du Royaume-Uni dans la recherche pharmaceutique, après la récente décision de Pfizer de fermer son centre de R&D à Sandwich.

AstraZeneca est confronté, comme l'ensemble des grands laboratoires, à l'arrivée à expiration de nombreux brevets, qui devrait, selon les analystes, entraîner une baisse de près de 6 milliards de dollars de ses ventes sur les cinq prochaines années.

En tant qu'acteur pur de la pharmacie, AstraZeneca est particulièrement exposé à ce phénomène. Mais Pascal Soriot espère redynamiser le groupe en développant ses activités en croissance, notamment son nouveau médicament pour le coeur Brilinta, et en rachetant de nouveaux médicaments prometteurs.

Ben Hirschler, Juliette Rouillon pour le service français, édité par Nicolas Delame

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant