AstraZeneca à son tour dans le viseur de la police chinoise

le
0

LONDRES (Reuters) - La police chinoise s'est rendue dans les bureaux de Shanghai du groupe pharmaceutique britannique AstraZeneca, dernier groupe étranger en date à faire l'objet d'une enquête après les accusations de corruption portées contre GlaxoSmithKline.

Une porte-parole d'AstraZeneca a dit lundi que la police était intervenue vendredi et avait emmené un employé pour l'interroger.

Les autorités chinoises ont accusé la semaine dernière le groupe britannique d'avoir versé des pots-de-vin à des médecins et à des responsables publics afin de doper ses ventes et le prix de ses traitements.

GSK a déclaré lundi dans un communiqué que certains responsables du groupe dans le pays semblaient avoir violé la législation chinoise.

Des représentants de l'Administration d'Etat pour l'industrie et le commerce (SAIC) se sont également rendus dans les locaux d'UCB la semaine dernière et un porte-parole du groupe belge a expliqué que cette autorité menait des enquêtes auprès d'autres groupes pharmaceutiques présentes en Chine.

La SAIC est l'une des trois autorités chinoises de régulation de la concurrence, également chargée d'enquêter sur des cas de corruption de faible ampleur.

Ben Hirschler et Kazunori Takada; Juliette Rouillon pour le service français

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant