Astana : Décision de l'UCI le 2 avril prochain ?

le
0
Astana : Décision de l'UCI le 2 avril prochain ?
Astana : Décision de l'UCI le 2 avril prochain ?
Suite à la demande de l'UCI de retirer la licence World Tour à l'équipe Astana, la Commission des Licences devrait statuer sur le cas de l'équipe kazakhe le 2 avril prochain, selon une information du quotidien Le Monde.

Le 27 février dernier, l'UCI avait tapé du poing sur la table et demandé le retrait pur et simple de la licence World Tour à l'équipe Astana. Une telle décision remettrait en question l'existence même de l'équipe kazakhe, largement soutenue par les autorités du pays. Cette demande a fait suite à un audit mené par l'Institut des sciences du sport de l'Université de Lausanne concernant le dopage au sein de l'équipe Astana et des informations venant de la police italienne faisant état de liens entre des membres de l'équipe Astana et le sulfureux docteur Michele Ferrari.

Repartir en Continental Pro ?

Selon le quotidien Le Monde, la Commission des Licences de l'UCI devrait statuer sur le cas de l'équipe Astana le 2 avril prochain, alors que l'équipe kazakhe avait jusqu'au 20 mars pour présenter sa défense. Reste maintenant à voir ce que la Commission va décider dans cette affaire. Si Astana perd effectivement sa licence World Tour, il reste possible qu'elle reste au niveau Continental Pro, ce qui lui ouvrirait toujours les portes des principales courses du calendrier, comme le Tour de France où Vincenzo Nibali pourrait défendre son titre. Mais, rien n'assure que la Commission des Licences accepte une telle requête au vu du passif de l'équipe.

Le TAS comme dernier recours

Mais cette affaire pourrait très bien ne pas être conclue le 2 avril prochain. En effet, comme le rappelle Le Monde dans son article, l'équipe Astana pourra très bien saisir le Tribunal Arbitral du Sport pour contester cette décision. Dans un premier temps, l'équipe dirigée par Alexandre Vinokourov pourrait demander un appel suspensif, ce qui lui permettrait de continuer à participer aux épreuves comme si de rien était. En fonction de la rapidité de la prise de décision du TAS le cas échéant, Astana pourrait voir son calendrier bouleversé en étant empêchée de prendre part aux classique flandriennes puis ardennaises, voire au Tour d'Italie. En tout cas, si l'UCI voulait rassurer sur sa capacité à mener la lutte antidopage, elle pourrait y parvenir avec ce cas Astana.

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant