Assurances : la revanche d'un secteur méconnu en Europe

le
0
En cinq ans les grands assureurs européens ont gagné plus de 50% quand les banques européennes cédaient près de 20% (© L. Grassin / DR)
En cinq ans les grands assureurs européens ont gagné plus de 50% quand les banques européennes cédaient près de 20% (© L. Grassin / DR)

C’est la revanche boursière d’un secteur mal aimé. Bien que méconnues et occupant une place réduite – les valeurs européennes de l’assurance pèsent deux fois moins lourd que les bancaires au sein des financières (443 milliards d’euros de capitalisation contre 827 milliards) – les compagnies d’assurances co­tées tirent leur épingle du jeu.

Même si, à l’image des marchés, les assureurs sont à la peine depuis quelques mois, ils font mieux que les banques, avec un recul limité à 12%, contre 17%, depuis le dé­but d’année. La surperforman­ce est nettement plus spectaculai­re sur longue période : l’indice Stoxx Europe 600 As­su­rances s’est ainsi envolé de 30% en trois ans et de 56% en cinq ans, quand le Stoxx Europe 600 Ban­ques a cédé, lui, 14% et 19%.

Le poison des vieux contrats

Or, après un tel parcours, les assureurs cotés n’ont-ils pas mangé leur pain blanc ? De fait, les raisons d’être vigilant se multiplient. Principale préoccupation : le faible niveau des taux d’intérêt au sein de la zone euro. Beaucoup redoutent qu’ils cons­tituent une bombe à retardement pour des groupes qui ont longtemps fait de la protection financière – avec l’assurance vie et l’épargne retraite – le cœur de leur stratégie. La part des con­trats anciens – assortis d’une ­garantie de rendement élevé (souvent jusqu’à 4 à 5%) – est particulièrement scrutée. Car, avec un actif

Lire la suite sur le revenu.com

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant