Assurance-vie : quel avenir pour les fonds en euros ?

le
1

L'ACPR appelle à une nouvelle baisse des rendements des fonds en euros des contrats d'assurance-vie, la chute enregistrée en 2015 étant jugée trop faible.

Les assureurs appelés à la modération et au réalisme

François Villeroy de Galhau, gouverneur de la Banque de France et président de l'Autorité de contrôle prudentiel et de résolution (ACPR), a récemment demandé aux assureurs de « faire preuve de modération et de réalisme » quant au niveau des taux d'intérêt de leurs contrats d'assurance-vie. Autrement dit, les assureurs sont appelés à encore diminuer les rendements des fonds en euros, après une baisse jugée insuffisante en 2015.

Une baisse de rendement non suffisante

Les fonds en euros des contrats d'assurance-vie rapportent de moins en moins depuis quelques années. D'après les données de l'ACPR, le rendement moyen est descendu à 2,27 % en 2015, contre 2,54 % en 2014. Mais comme l'a souligné François Villeroy de Galhau, cette diminution reste trop faible par rapport à celle des taux des obligations assimilables du Trésor français (OAT) à 10 ans, qui ont perdu 81 points de base sur la même période.

Les fonds en euros, bête noire des assureurs

À l'heure actuelle, les fonds en euros drainent l'essentiel de la collecte de l'assurance-vie. Or, ils sont aujourd'hui investis sur des obligations ne rapportant presque plus rien, ce qui met les assureurs dans une situation délicate. Selon les experts, la rémunération des fonds en euros devrait tomber sous la barre des 2 % cette année.

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.

Avertissement

Une erreur est survenue, merci de re-essayer ultérieurement.