Assurance vie : peut-on récupérer son épargne en cas de coup dur ?

le
0

L'assurance vie est un produit d'épargne prévu pour le long terme. Mais certaines situations de la vie peuvent nécessiter le recours à l'argent placé. Le point sur les possibilités de retrait.

Faire un retrait avant quatre ans

On souscrit généralement une assurance vie en vue de se constituer un capital. Mais certaines situations imprévues peuvent nécessiter le recours à son épargne. La fiscalité de l'assurance vie est intéressante à partir de huit années de détention. Mais un retrait durant la phase d'épargne, soit durant les quatre premières années,est moins judicieux. Un rachat total ou partiel est néanmoins possible. L'inconvénient est que les revenus générés seront taxés. L'épargnant peut choisir d'intégrer ces intérêts à son revenu imposable. Il peut aussi choisir le prélèvement libératoire forfaitaire (PLF) : il est de 35% durant ces quatre premières années, le taux le plus fort.

Retrait d'épargne après quatre ans

Là encore, l'épargnant a la liberté de faire un retrait sur son assurance vie, mais les intérêts générés seront également taxés : soit par le biais de l'impôt sur le revenu, soit par le biais du prélèvement libératoire forfaitaire, qui s'élève à 15% entre la quatrième et la huitième année du contrat. Au-delà de huit ans, le taux est de 7,5%.

Trouver des alternatives

En cas de coup dur, il peut être préférable de trouver d'autres solutions financières. Plutôt que de subir la taxation des retraits de son assurance vie, il est par exemple judicieux de se tourner vers son épargne disponible : livret A, LDD. Récupérer le capital placé sur un PEL est aussi plus intéressant.

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant