Assurance vie : ouvrez des contrats à vos enfants et petits-enfants mineurs

le
0
Le législateur ne fixe pas de seuil à partir duquel on parle de donation. La limite à ne pas dépasser s'apprécie au cas par cas en fonction de la fortune de la personne qui donne. (© Phovoir)
Le législateur ne fixe pas de seuil à partir duquel on parle de donation. La limite à ne pas dépasser s'apprécie au cas par cas en fonction de la fortune de la personne qui donne. (© Phovoir)

Constituer un capital pour ses descendants est une préoccupation légitime. Dans cette optique, les parents pensent souvent à ouvrir un Livret A au nom de leurs enfants. Mais savez-vous qu’il est également possible de leur ouvrir un contrat d’assurance vie. 

L’assurance vie est un outil original pour aider un mineur le moment venu à financer ses études, à acheter son premier logement ou tout simplement à démarrer dans la vie active.  

Le placement offre une fiscalité avantageuse aussi bien en cas de retrait que de décès. Il est souple : vous l’alimentez à votre rythme, sans plafond de versement à l’inverse du Livret A. Surtout, en panachant  fonds en euros et unités de compte (non des fonds d’investissement dans le cadre de l’assurance vie), vous pouvez espérer un rendement bien supérieur à celui de l’épargne réglementée. Lerevenu.com répond aux questions fréquemment posées sur le sujet.  

Comment s’assurer que le mineur ne dilapide pas le capital ?
Tout retrait (rachat dans le jargon des professionnels) avant les 18 ans de l’enfant doit être approuvé par ses parents. Vous pouvez aussi, cela concerne notamment les grands-parents qui ouvriraient un contrat au nom d’un petit-enfant, fixer les conditions de gestion du contrat via un «pacte adjoint». Une clause d’inaliénabilité peut être intégrée à l’acte permettant de déterminer l’âge,

Lire la suite sur le revenu.com

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant