Assurance-vie : les retraits des épargnants limités en cas de crise financière 

le
16
Assurance-vie : les retraits des épargnants limités en cas de crise financière 
Assurance-vie : les retraits des épargnants limités en cas de crise financière 

Grâce à un rendement supérieur au Livret A, l'assurances-vie est devenue le placement préféré des Français. Plus de 1.500 milliards d'euros ont été placés en 2015 par 14 millions de personnes, qui ont souscrit un contrat afin de se constituer un petit pactole à l'heure de la retraite ou de pouvoir transmettre un capital à leurs proches.

 

Mais alors que qu'elle était considérée jusqu'à présent comme un placement peu risqué, un amendement au projet de loi Sapin II, qui sera en discussion à partir de mercredi à l'Assemblée nationale, pourrait changer la donne. 

 

 

Cet amendement déposé en première lecture de la loi Sapin II par Romain Colas, député PS, introduit deux nouvelles dispositions, en cas de crise du système financier français ou face à une remontée brutale des taux d'intérets. 

 

Face à ces situations , le Haut Conseil de stabilité financière (HCSF) pourrait permettre aux assureurs de «suspendre, retarder ou limiter temporairement, pour tout ou partie du portefeuille, le paiement des valeurs de rachat, la faculté d'arbitrages ou le versement d'avances sur contrat».

 

En clair, les assurances auraient la possibilité de stopper les mouvements sur les contrats. La durée de ce blocage serait limitée dans le temps. Reste que les particuliers pourraient être paniqués à cette idée. En effet, un imprévu est toujours possible surtout en période de crise: perte d'emploi, besoin de liquidités... Or, des particuliers pourraient se retrouver dans une situation difficile avec l'impossibilité de puiser dans leur épargne pour se remettre à flot.

 

Une autre mesure fait faire la grimace aux épargnants. En cas de remontée des taux, les assureurs pourraient moduler les rendements d'une année sur l'autre en stockant en caisse un maximum de 15% des bénéfices financiers. Cette part serait certes redistribuée aux assurés mais dans un délai de huit ans. Ce lissage de la ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • am013 il y a 6 mois

    Moi je suis au chomage...en fin de droit...je fais comment si j'ai besoin de mes économies ? car je ne sais pas vivre d'aides sociales....ou autres...

  • 34flora il y a 6 mois

    c'est tellement tentant !!! il n'y a qu'à tendre la main !!! étonnant qu'ils n'y aient pas pensé plus tôt.....

  • goufio2 il y a 6 mois

    Ils ont taxé l'immobilier à mort, puis l'ISF et les prélèvements sociaux continuent le travail.Maintenant qu'il y a 1 685 milliards d'euros dans les contrats d'assurance vie, il va falloir s'en occuper aussi. Nous finirons ruiner par tous ces politiciens

  • goufio2 il y a 6 mois

    Il y avait la crainte d'un "Bank-run", des mesures sont en cours. Mais là aussi la loi avance pour nous priver de notre épargne car une "assurance -run" est possible. Il n'est pas possible de vivre à crédit zéro pour notre Etat dispendieux sans conséquences sur notre épargne. M'enfin!

  • murashig il y a 6 mois

    Simple en cas de doute migrer vers d autres produits mieux garantis meme avec un rendement moindre... peut etre meme des alternatives comme le Bit coin ?

  • goufio2 il y a 6 mois

    Cette disposition existe déjà dans le code monétaire et financier à l'article L.612-33 modifié par la loi n°2010-1249 du 22 oct 2010

  • goufio2 il y a 6 mois

    Il est écrit :" Plus de 1.500 milliards d'euros ont été placés en 2015" c'est plutôt l'encours à cette date. Mais un journaliste est-il au courant de ce qu'il écrit?

  • remimar3 il y a 6 mois

    Depuis que les américains ont bricolé les mécanismes économique pour tenter d'échapper à la crise des subprimes que leurs financiers cupides ont contribué à créer, toute certitude économique a disparu. L'assurance vie était basée sur les mécanismes sains du monde d'avant qui n'ont plus court aujourd'hui. Il n'y a plus de refuge sûr pour notre argent tant l'évolution du contexte est rapide.

  • sibile il y a 6 mois

    donc mettons que tu veux récupérer ton argent pour acheter un appartement, et tu ne peux pas ....

  • jmjaff il y a 6 mois

    De toute manière c'est déjà le cas aller retirer par exemple 10keuros on va vous demander pourquoi?. Le système ne veut pas de fuite rapide de capitaux d'une manière ou d'une autres.