Assurance-vie : les avantages à chaque étape de la vie

le
0
Un contrat d'assurance-vie ne sert pas qu'à transmettre un capital. C'est d'abord un support d'épargne très souple et peu imposé. Voici les grandes étapes auxquelles il est bon de songer à souscrire un contrat d'assurance vie
Pour constituer un capital

La fiscalité de l'assurance-vie est d'autant plus intéressante que le contrat est ancien. Il n'est donc jamais trop tôt pour souscrire une assurance-vie, par exemple, à l'occasion de l'entrée dans la vie active. C'est un bon moyen de s'obliger à épargner, d'autant que l'argent reste disponible en cas de coup dur.

Cette épargne pourra ensuite servir d'apport personnel pour un investissement. De plus, ce sera un support très utile pour préparer une retraite. Aussi, mieux vaut s'y prendre très tôt pour le faire en toute sérénité.

On peut ouvrir un contrat d'assurance-vie à n'importe quel âge, même mineur (la clause bénéficiaire sera dans ce cas très encadrée). Ainsi, des parents peuvent ainsi ouvrir un contrat au nom de leur enfant. Les capitaux accumulés lui permettront ensuite de financer ses études ou son installation. Une longue durée d'épargne permet de profiter de la rentabilité des marchés actions en prenant un risque mesuré.

À savoir: un courtier en assurance-vie vous conseille sur la proportion d'actions que vous pouvez mettre dans le contrat.

Pour compléter ses revenus à la retraite

Outre sa fiscalité avantageuse, l'assurance-vie est très souple. Non seulement on peut épargner au rythme que l'on souhaite, mais il est aussi possible de retirer les capitaux quand on le veut. Occasionnellement ou de façon régulière. En cas de retrait du capital avant 8 ans, les plus-values sont imposées de 5 à 8%.

Lors des retraits, on peut soit utiliser les produits du contrat (les plus-values), soit entamer le capital. À son terme, le contrat d'assurance-vie, peut être transformé en rente viagère: c'est la certitude d'avoir un revenu garanti.

Pour transmettre un capital à ses proches

L'assurance-vie offre une fiscalité très avantageuse: selon l'âge auquel vous aurez versé de l'argent au contrat, de 30.000¤ à 150.000¤ (et même plus) peuvent être transmis sans droit de succession. Par ailleurs, lorsque l'on souhaite transmettre à un tiers sans lien de parenté, les taxes sont largement inférieures aux droits de succession traditionnels (20% au lieu de 60%). De plus, l'assurance-vie est très souple: on transmet à qui l'on veut, ce que l'on veut.

À noter: si vous modifiez votre testament, pensez à modifier aussi les bénéficiaires de vos contrats d'assurance-vie.

LIRE AUSSI:

» Courtiers: les infos à vérifier pour leur faire confiance

» Assurances-vie non réclamées, quels sont les recours

SERVICE:

» Assurance-vie: suivez les conseils d'un expert

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant