Assurance vie et unités de compte : éviter les à-coups boursiers

le
0

Dans un contrat d'assurance-vie, il est fréquent d'intégrer des unités de compte. Disposer d'outils d'arbitrage automatique pour limiter les à-coups du marché boursier est alors utile.

Sécuriser les plus-values

La première option pour amortir les variations brutales du marché et préserver son assurance-vie est d'adopter la sécurisation des plus-values, aussi appelée écrêtage. Grâce à cet outil, les plus-values générées par les unités de compte sont transférées sur le fonds en euros du contrat, dès qu'un certain niveau de bénéfice est atteint. Ce peut être 5%, 10% ou plus. De cette manière, on préserve les plus-values d'éventuelles variations défavorables, car le capital du fonds en euros est garanti. À l'inverse, si le marché est porteur, il est possible de transférer les gains produits par les fonds en euros vers une unité de compte afin de stimuler le rendement.

Le lissage

Ce dispositif permet au titulaire de l'assurance-vie d'arbitrer un montant de son fonds en euros vers les unités de compte, suivant une périodicité fixée au préalable. Cette démarche permet de lisser le prix d'entrée sur les actions. L'idée est d'acheter davantage lorsque les cours sont bas.

Le stop loss

Cet outil permet de limiter les pertes. Une surveillance automatique des contrats d'assurance-vie est pratiquée. Pour chaque unité de compte intégrée au portefeuille, un seuil de baisse maximale est fixé. Si l'unité de compte dépasse ce seuil, l'épargne placée sur ce support est directement transférée sur le fonds en euros.

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant