Assurance vie : comment rédiger la clause bénéficiaire

le
2
DR
DR

(lerevenu.com) - On l'oublie aisément, un contrat d'assurance vie n'est pas seulement un placement performant et avantageux en termes de gestion financière. Cet outil plébiscité par les épargnants français (1 463 milliards d'euros d'encours) est aussi destiné à transmettre un capital à des bénéficiaires, le tout dans un cadre fiscal privilégié.

Une réflexion approfondie s'impose sur la dévolution des sommes qui y sont investies. Un contrat vie permet en effet, dans certaines limites, d'attribuer librement les capitaux investis aux bénéficiaires de son choix. Encore faut-il ­rédiger sans méprise une clause bénéficiaire qui traduise réellement votre volonté et dont l'exécution à votre décès ne sera pas sujette à interprétation. Le Revenu vous éclaire sur cette aspect essentiel et pourtant négligé.

S'affranchir de la clause standard

Á qui allez-vous attribuer le bénéfice des capitaux à votre décès ? Dans une configuration familiale « classique », la clause bénéficiaire standard est très souvent adoptée. Mais est-elle adaptée à votre situation ? Cette clause est aujourd'hui généralement rédigée ainsi : « mon conjoint, à défaut mes enfants nés ou à naître, par parts égales entre eux, vivants ou représentés, à défaut mes héritiers légaux selon les règles de la dévolution successorale ». Si ces dispositions sont adaptées à la plupart des cas, vous ne devez pas la choisir par défaut. Vous devez avoir à l'esprit

Lire la suite sur le revenu.com

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • 56116151 le jeudi 20 mar 2014 à 09:21

    Dernière ligne du premier paragraphe:"sur cet aspect" et non "sur cette aspect". Plus personne ne sait écrire en Français !!!

  • pichou59 le jeudi 20 mar 2014 à 08:17

    ps et ump ne veulent de Sarko aux prochaines élections!!!!