Assurance santé : faire face à la maladie de Parkinson

le
0
Affection touchant 80.000 Français, la maladie de Parkinson progresse à cause du vieillissement de la population. On stabilise son évolution par la stimulation neuronale. Le traitement est long, mais bien remboursé.
D'où vient la maladie de Parkinson?

La maladie de Parkinson peut avoir une origine génétique, environnementale (absorption de substances neurotoxiques) ou dégénérative (atteintes neuronales liées au vieillissement). Cette affection inhibe la production de dopamine, neurotransmetteur indispensable à la coordination des gestes et au sens de l'équilibre.

Les personnes génétiquement prédisposées risquent de contracter la maladie de Parkinson dès 45 ans. Les patients présentant une intoxication aux opioïdes ou aux pesticides développent la maladie vers 60 à 70 ans. Les cas de vieillissement dégénératif concernent des personnes âgées de 80 ans et plus.

À noter: chaque année, en avril, la journée mondiale contre la maladie de Parkinson informe le grand public sur le dépistage de cette affection et sa prise en charge médicale.

Le traitement de fond

Pour atténuer les tremblements et les difficultés à se déplacer qui caractérisent la maladie de Parkinson, il faut alimenter le cerveau en dopamine. On administre au patient des acides aminés de synthèse qui se transforment en dopamine dans l'organisme.

Selon l'état de gravité du malade, ce traitement de fond est prescrit par le médecin traitant ou par un neurologue en centre hospitalier. L'Assurance Maladie rembourse les consultations, les actes à l'hôpital et les médicaments à 100% du tarif conventionné, car la maladie de Parkinson relève des affections de longue durée. Bien souvent, le traitement de fond dure à vie.

Bon à savoir: il faut être muni d'une mutuelle ou d'une assurance santé pour faire face au remboursement des frais d'hospitalisation additionnels de la maladie de Parkinson (forfait journalier, dépassement d'honoraires, chambre individuelle).

Les soins complémentaires

Il arrive que l'apport en acides aminés de synthèse ne stabilise pas suffisamment les troubles psychomoteurs résultant de la maladie de Parkinson. Ainsi, en accord avec le médecin traitant, un neurochirurgien implante alors des électrodes dans les aires motrices du cerveau du patient. Elles en stimulent les neurones qui réapprennent à fonctionner en continu.

Parallèlement à cette intervention chirurgicale, remboursée à 100%, des séances de kinésithérapie sont prescrites pour favoriser le retour des gestes minutieux (utiliser une souris d'ordinateur, un téléphone portable). Dans le cadre de la maladie de Parkinson, la Sécurité sociale prend entièrement en charge la kinésithérapie, au tarif conventionné de 20,31¤ la séance.

Les aides à la mobilité

Définie en cinq stades, la maladie de Parkinson cause des difficultés dans la vie quotidienne dès le second stade, et elle produit un handicap moteur à partir du quatrième stade. Ce handicap moteur est soulagé par un déambulateur ou par un fauteuil roulant.

Pour les patients atteints de la maladie de Parkinson, les forfaits de remboursement par l'Assurance Maladie s'élèvent à 53,81¤ sur un déambulateur et à 5200¤ sur un fauteuil roulant à propulsion électrique.

Ces équipements pouvant coûter le double, il est important de posséder une complémentaire santé aux garanties renforcées sur les frais médicaux. Demandez conseil à un courtier en assurance santé.

» Optimisez vos remboursements santé grâce à CPLUSSUR.com.

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant