Assurance: quand prouver sa bonne hygiène de vie réduit la facture

le
0

VIDÉO - L'assureur Generali lance en Allemagne le programme Vitality qui donne accès à des réductions pour les assurés s'ils prouvent leur bonne hygiène de vie en acceptant de partager certaines données… Le concept arrivera en France l'année prochaine.

Faire du sport, manger bio, aller chez le médecin. Le «vivre sain» pourrait vous rapporter. L'assureur italien Generali a lancé le 1er juillet dernier en Allemagne une assurance qui vous coûte moins cher si vous prouvez votre bonne hygiène de vie, révèle Le Parisien-Aujourd'hui en France. Le programme, nommé Vitality, peut vous permettre de réduire le montant de vos primes d'assurance de 11 à 16% et de bénéficier de bons de réduction dans des entreprises partenaires, comme Adidas, Weightwatchers ou Expedia, détaille le quotidien. Cette «assurance au comportement», dédiée pour le moment uniquement aux produits de prévoyance (assurance décès, invalidité professionnelle, etc), devrait même arriver dès l'année prochaine en France.

«Avec Generali Vitality, nous motivons nos clients à un mode de vie plus sain, explique dans un communiqué Giovanni Liverani, président de Generali Allemagne. Nous voulons réinventer l'assurance», lançait-il le 23 juin dernier à Munich lors de la présentation du programme. Nous sommes les premiers à lancer une offensive dans l'assurance intelligente afin de mettre à profit les possibilités offertes par la numérisation».

Mais attention, pour démontrer votre bonne volonté, il ne vous suffira pas de faire deux heures de gymnastique par mois. Après un bilan de santé complet, l'assuré récolte des points en fonction des efforts qu'il fournit pour l'améliorer. Pour cela, il partage ses données via un site internet ou une application Android: le nombre de pas effectués dans une journée, l'assiduité aux séances de fitness, les achats réalisés dans un magasin bio ou encore le nombre de visites préventives chez le médecin. Ensuite le profil de l'assuré est classé dans une des quatre catégories existantes: bronze, argent, or et platine.

Une démarche qui pose la question de la protection des données personnelles. «L'assuré reste maître de ses données et il choisit celles qu'il souhaite transmettre», insistait encore Giovanni Liverani en juin dernier. Les informations que vous fournissez seront stockées dans une filiale indépendante, Generali Vitality GmbH». Pas sur cependant que la méthode plaise. Allianz, l'un des deux grands assureurs privés, a déjà annoncé qu'il ne développerait pas une assurance de ce genre. «Nous refusons de pister numériquement les activités de nos clients 24 heures sur 24», a déclaré un porte-parole du groupe.

Changer les comportements des assurés

En France, le concept qui sera lancé en janvier 2017 sera un peu différent. La cible n'est pas la même: le programme Vitality vise les entreprises et non les contrats individuels. «Nous sommes dans une logique collective, explique au Figaro Patricia Barrère, directrice marketing pour Generali France. Chaque entreprise décidera de proposer ou non cette option à ses salariés. Et chaque salarié choisira ensuite de l'activer ou non». Dans le modèle français, l'avantage pour les salariés ne se traduira pas par une réduction des primes d'assurances, chaque salarié paiera la même prime même s'il active le programme. En revanche, les assurés pourront bénéficier de bons de réduction. «C'est une aide pour les aider à changer leur comportement dans la durée», ajoute Patricia Barrère. Les étapes elles restent identiques: d'abord un bilan pour établir le profil de l'assuré, qui gagne ensuite des points en fonction des actions qu'il réalise. Nutrition, activité physique ou encore sevrage tabagique, il peut choisir parmi plusieurs parcours thématiques. «S'il participe à une course, il peut transmettre le certificat, précise-t-elle. Il peut aussi mesurer le nombre de pas qu'il fait chaque jour via l'application Vitality». Quant aux données, en France aussi on l'assure, elles sont sécurisées: «C'est une société dédiée qui gère le programme, et elle respecte les principes de confidentialité».

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant