Assurance maladie : les pistes pour économiser 1,7 milliard par an

le
8
Assurance maladie : les pistes pour économiser 1,7 milliard par an
Assurance maladie : les pistes pour économiser 1,7 milliard par an

Un rapport officiel de l'Inspection générale des affaires sociales (Igas) et de l'Inspection générale des finances (IGF) propose des possibilités d'économies à hauteur de plus d'1,7 milliard d'euros par an pour l'assurance maladie. Le rapport, publié vendredi par Les Echos, évoque notamment la possibilité de réduire considérablement le nombre d'organismes gérant les différents régimes de l'assurance maladie. 

Les auteurs de ce rapport, daté de septembre 2013, soulignent que la gestion de l'assurance maladie a coûté 12,5 milliards d'euros en 2011 aux collectivités. Dans le système actuel, 86 opérateurs gèrent 14 régimes obligatoires d'assurance maladie. Pour les complémentaires, «l'éclatement du secteur» est «plus important encore» avec «plusieurs centaines d'organismes (NDLR : 683 à fin 2011)».

En ce qui concerne l'assurance maladie obligatoire, le rapport note un progrès en terme de coûts avec le développement de la carte Vitale, mais relève que le coût moyen de gestion par bénéficiaire varie de 1 à 5 selon les organismes.

Les régimes spéciaux intégrés à la Cnam

Le rapport préconise donc de poursuivre la dématérialisation, évoquant des gains d'ici à 2017 allant jusqu'à 542 millions d'euros par an et estiment qu'en réduisant les écarts de performance entre les régimes les gains pourraient être entre 425 et 750 millions d'euros. Mais il suggère aussi de fusionner les organismes qui gèrent les différents régimes : la Cnam et la MSA (Mutualité sociale agricole). Le gain pourrait être de 440 millions d'euros par an. 

Les auteurs du rapport soulignent que «la structuration des opérateurs de gestion de l'assurance maladie obligatoire est indépendante de la question de la pérennité des différents régimes». Ils proposent par exemple qu'à moyen terme, les régimes spéciaux (RATP, SNCF, etc.) soient intégrés à la Caisse nationale d'assurance maladie (Cnam) ou à la MSA. Ils ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • jbellet le vendredi 26 déc 2014 à 12:23

    les focntionnaires a la cnam et comme dans le privé on instaure un controle des arrets "maladie" et on passe a 3 jour s de carence pour tous

  • CYDONIA le vendredi 26 déc 2014 à 10:41

    TOUT centraliser, ça évitera des doublons coûteux.

  • sidelcr le vendredi 26 déc 2014 à 10:07

    Délai de carence de 15 jours pour les artisans , jamais de malades ou alors c'est vraiment grave .

  • j-m.levy le vendredi 26 déc 2014 à 09:42

    En stopant les abus et mettre les faineants au boulot.

  • heimdal le vendredi 26 déc 2014 à 09:06

    Les bulletins de vote liés aux jours de carence s'achètent sur le dos de la Cnam .

  • abacchia le vendredi 26 déc 2014 à 08:58

    Puisque la Loi "Macron" nous est présentée comme bonne pour le pouvoir d'achat des Français, en "déverrouillant" certains secteurs économiques, il n'y a qu'à faire de même avec l'assurance Maladie. Supprimer le régime unique (et bolchévique) et laisser les acteurs économiques s'emparer de la gestion de l'assurance branche entière, en laissant les Français choisir l'assurance qu'ils veulent, au prix qu'ils veulent. Ce qui est bon pour les uns doit être bon pour les autres !

  • M8252219 le vendredi 26 déc 2014 à 08:40

    ÉTABLIR DÉFINITIVEMENT UN DÉLAI DE CARENCE DE 3 JOURS EN ARRÊT MALADIE POUR TOUS: EMPLOYÉS DU PUBLIQUE ET DU PRIVÉ: C'EST RESPONSABILISÉ CHAQUE FRANÇAIS, CHACUN DEVANT COMPRENDRE QUE TOUT SE PAIE ET QUE RIEN N'EST GRATUIT.Malheureusement c'est la déresponsabilisation des citoyens qui est la politique actuelle.

  • M8252219 le vendredi 26 déc 2014 à 08:27

    Malheureusement la déresponsabilisation des français est la politique sociale actuelle.