Assurance-habitation : les intempéries vont provoquer une hausse des tarifs en 2014

le
0

Selon une étude publiée par le comparateur AssurProx, les dégâts climatiques du 2e semestre 2013 sont équivalents à ceux causés par la tempête Xynthia en 2010. Les garanties habitation devraient augmenter jusqu'à 5%.

Orage, grêle, inondations, tempêtes Dirk et Christian ou cyclone Béjiza... La succession d'épisodes climatiques a été exceptionnelle au cours du deuxième semestre de l'année 2013. La Fédération française des sociétés d'assurance (FFSA) a estimé le poids financier de ces événements à environ 1,5 milliard d'euros .

D'après le comparateur d'assurances en ligne AssurProx, les dégâts climatiques sont équivalents à ceux causés par la tempête Xynthia en 2010. Dans une étude publiée récemment, le comparateur estime que cette succession de phénomènes sera répercutée sur les tarifs de l'assurance habitation en 2014. «Ce type d'événements fréquents mais pas assez gros pour être pris en charge par les réassureurs doit être assumés par les assureurs seuls», explique AssurProx dans un communiqué. A cela, pourrait également s'ajouter le poids du passage au 1er janvier dernier du taux de TVA intermédiaire de 7 % à 10 %. Au final, les tarifs devraient ainsi, selon ses calculs, augmenter de 2,5 % à 5 %. Des estimations conformes à celles déjà réalisées en fin d'année dernières par le quotidien Les Echos .

Dans ce contexte, le comparateur dit se réjouir du récent vote de la loi Hamon sur la consommation. L'article 21 du texte validé par le Parlement prévoit en effet des facilités pour résilier son contrat d'assurance. L'objectif est de permettre à la concurrence de jouer pleinement, et selon le site du ministère de la Consommation d'offrir une réponse à la «hausse des primes d'assurance, qui augmentent plus vite que l'inflation». Les assurés pourront désormais demander la résiliation du contrat à tout moment après un an d'engagement, sans que cela n'occasionne ni frais ni sanction. La fin du contrat prendra effet dans le mois qui suivra la notification à l'assureur. Reste à attendre la publication du décret d'application du texte.

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant