Assurance chômage : le Medef refuse toute concession

le
5
Assurance chômage : le Medef refuse toute concession
Assurance chômage : le Medef refuse toute concession

Le Medef a décidé ce lundi de ne pas autoriser ses négociateurs pour l'assurance chômage à discuter d'une hausse de cotisations patronales, une décision qui acte, selon les syndicats, l'échec des discussions, à trois jours de la dernière séance. La direction du Medef «est opposée à toute hausse de cotisations», et notamment «à toute taxation sur les contrats courts», a indiqué une source proche du dossier.

 

Le mandat confié au négociateur du Medef ne l'autorise pas actuellement à discuter d'une hausse des cotisations patronales, réclamée par les syndicats. Or les discussions, entamées fin février, n'ont aucune chance d'aboutir si le patronat n'a pas de mandat sur ce point.

 

En cas de constat de désaccord jeudi, dernière séance de discussions, l'État pourrait reprendre la main, comme l'avait laissé entendre la ministre du Travail, Myriam El Khomri.

 

«Pour nous, la négociation est terminée»

 

«Pour nous, la négociation est terminée, a déclaré Eric Aubin, le négociateur de la CGT. Jeudi, on va vers un constat d'échec, c'est fini.» «Ce qu'ils nous disent, c'est que chacun doit faire des efforts, sauf eux (NDLR : le Medef), c'est intolérable», a-t-il fustigé.

 

Pour Force ouvrière aussi, «le Medef met toutes les conditions pour que ça périclite». Son négociateur Michel Beaugas, qui dénonce une «stratégie du pire», a rappelé que la modulation des cotisations «était une condition sine qua non pour l'ensemble des organisations syndicales». «Puisqu'il ne va pas y avoir d'accord et que le gouvernement va reprendre la main, moi, je vais préconiser qu'il réintroduise la taxation des contrats courts» par la loi, a-t-il prévenu.

 

«Si le Medef n'a pas de mandat pour négocier sur les contributions, on ne pourra que constater l'échec des négociations jeudi», a abondé Eric Courpotin, le négociateur CFTC. Pour son syndicat, «ce serait inacceptable de laisser ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • M9782082 il y a 6 mois

    Je partage assez l’idée que la méthode de financement actuelle du système est une ineptie.

  • doullens il y a 6 mois

    salut mucius ! les hommes en blanc te laisse naviguer sur la toile .

  • mucius il y a 6 mois

    Tiens bon Gattaz face à ces bolchos! L'assurance chomage devrait être une assurance privée personnelle.

  • M8252219 il y a 6 mois

    Réduire les charges des entreprises (taxées à 67% sur les salaires ) pour les rendre compétitives et créer des emplois ; Il faut mettre en place la TVA SOCIALE, tous ceux qui sont en France en bénéficient, citoyens , émigrés légaux ou illégaux , travailleurs ou sans emplois. Tous doivent participer au financement du régime social français.

  • M8252219 il y a 6 mois

    Les entreprise paient 67% de taxes sur les salaires jusqu’où peut on les augmenter ?????