Associer les Kurdes à un assaut contre Rakka, un péril pour la Syrie, dit Ankara

le
0
    ANKARA, 27 septembre (Reuters) - Associer la milice kurde 
syrienne YPG à une future offensive en direction de la ville de 
Rakka, considérée comme la "capitale" de l'organisation Etat 
islamique, mettrait en péril l'avenir de la Syrie, a estimé 
mardi le chef de la diplomatie turque, Mevlut Cavusoglu. 
    Ankara considère les YPG (Unités de protection du peuple), 
qui bénéficient de l'appui de Washington dans la lutte contre 
l'EI, comme une force hostile ayant des liens étroits avec les 
séparatistes kurdes du PKK (Parti des travailleurs du Kurdistan) 
en lutte dans le sud-est de la Turquie. 
    Selon Mevlut Cavusoglu, certains éléments des YPG sont 
toujours présents dans la ville syrienne de Manbij, à l'ouest de 
l'Euphrate, bien qu'Ankara leur ait instamment demandé de se 
retirer à l'est du fleuve. Le ministre turc a reproché aux 
Etats-Unis leur coopération avec cette milice, qu'il n'est, à 
l'en croire, pas possible de contrôler. 
    La Turquie a lancé en août une offensive dans le nord de la 
Syrie, baptisée "Bouclier de l'Euphrate" avec un double 
objectif: chasser l'EI des zones frontalières dans le nord de la 
Syrie et empêcher les milices YPG de continuer leur progression. 
    Lundi, le vice-Premier ministre turc Numan Kurtulmus s'était 
félicité que de nombreux miliciens kurdes des YPG aient 
entrepris de se replier à l'est de l'Euphrate. (voir 
 ) 
 
 (Tulay Karadeniz et Ece Toksabay; Eric Faye pour le service 
français) 
 
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant