Assistants parlementaires : l'Europe réclame 339 000 euros à Marine Le Pen

le , mis à jour à 17:14
12
Assistants parlementaires : l'Europe réclame 339 000 euros à Marine Le Pen
Assistants parlementaires : l'Europe réclame 339 000 euros à Marine Le Pen

L’Office européen de lutte antifraude (Olaf) soupçonne Marine Le Pen, députée européenne et patronne du Front national, d'avoir salarié deux assistants aux frais du contribuable européen, alors qu'ils travaillaient pour le parti. La somme réclamée atteint 339 000 €, selon une enquête de Mediapart et de Marianne publiée ce lundi.

 

L'Olaf a demandé en août au Parlement européen de lancer une procédure de recouvrement à l’encontre de Marine Le Pen. Dans la foulée, il a prévenu la présidente du FN qui n'a pour le moment pas répondu, toujours selon les deux médias. Le montant réclamé correspond aux salaires versés entre 2010 et 2016 à deux assistants de Marine Le Pen : Catherine Griset et Thierry Légier.

 

Volet judiciaire en France

 

La première, ex-belle soeur de la patronne du FN était, sur la période visée par l'Europe, responsable du secrétariat de Marine Le Pen, avant de devenir en février 2015, sa chef de cabinet. Or, d'après Marianne, son job d'assistante parlementaire était un « contrat à temps plein équivalent ».

 

Quant à Thierry Légier, garde du corps pendant vingt ans de Jean-Marie Le Pen, il était chargé de la protection de la présidente du FN. Et dans le même temps, il devait la suppléer et tenir sa permanence à Hénin-Beaumont (Pas-de-Calais) quand elle n’y était pas, au titre d'assistant local de l'eurodéputée. Cette situation aurait durer quelques mois, à partir de la fin 2011.

 

L'Olaf a transmis un « rapport d’enquête administrative » à la justice française, le 26 juillet, selon Marianne. Car les suspicions concernant Marine Le Pen et ses deux assistants pourraient s’inscrire dans le cadre d'investigations sur « l’affaire des assistants parlementaires FN » qui a entraîné l'ouverture d'une enquête préliminaire par le parquet de Paris en 2015.

 

L’enquête française porte alors sur des faits qui débutent au début de l’actuelle ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • a.guer il y a un mois

    cela démontre l'inutilité des assistants parlementaires européens qui peuvent faire un autre job sans aucun inconvénient pour le parlementaire, et tout cela, bien sûr, à nos frais !

  • frivet il y a un mois

    et combien pour JC Juncker qui a fait gagnar des milliards d'euros en fiscalité aux stés US au détriment du fisc français par ex ? tiens le sapin est muet comme ...........un sapin

  • frk987 il y a un mois

    Vous rêvez jjd47, la seule sanction à appliquer c'est la simple inéligibilité , ça fera réfléchir les autres. 339.000 euros pour la SARL le pen c'est 50 euros pour moi.

  • jjd47 il y a un mois

    Ca serait bien que les mêmes investigations concernassent tous les partis

  • jean-648 il y a un mois

    "Mains propres et têtes hautes" qu'ils disaient........

  • frk987 il y a un mois

    Tous les partis font de même au prorata du nombre d'élus....alors dans cette affaire on peut dire que le FN est dans la petite moyenne.

  • g.joly1 il y a un mois

    Ce post a été effacé par les fans du FN alors je disais que l'extrême droite a toujours traficoté. En voilà une nouvelle démonstration et ce n'est certainement que la partie cachée d'une énorme entreprise de vol des contribuables.

  • jbany il y a un mois

    Faut reconnaître que 339000 sur 6 ans versés à 2 employés c'est pas énorme. Un petit job supplémentaire devait être le bien venu.

  • M4314275 il y a un mois

    Traficoter est un sport pour beaucoup de politiques toutes tendances confondues.

  • g.joly1 il y a un mois

    cavalair : il faudrait vous y faire, mais peut-être avez vous des difficultés de compréhension, mais je ne suis pas socialiste mais alors pas du tout.