Assemblée : Valls veut «passer avec de la force» l'épreuve du vote de confiance

le
0
Assemblée : Valls veut «passer avec de la force» l'épreuve du vote de confiance
Assemblée : Valls veut «passer avec de la force» l'épreuve du vote de confiance

Alors que durant tout le week-end la Fête de l'Huma, qui se termine ce dimanche soir dans le Parc de La Courneuve (Seine-Saint-Denis), a donné lieu à un véritable concert anti-Valls, le Premier ministre s'apprête à vivre une semaine capitale. Mardi, il prononcera devant l'Assemblée nationale une déclaration de politique générale. Mais surtout il demandera la confiance des députés. Histoire d'amener chacun dans les rangs de la gauche, des députés PS «frondeurs» au Parti de Gauche en passant par les Verts d'EELV, à clarifier le soutien qu'il est prêt à apporter à la politique engagée pour sortir la France de l'ornière budgétaire.

Dramatisant volontiers ce moment, Manuel Valls promet de «redonner du sens» dans ce moment «grave» et entend «passer avec de la force» ce nouveau vote de confiance. «Jje prononcerai un discours sur le sens, la perspective, l'agenda et les valeurs du moment que nous traversons» et «rappellerai ce qui nous différencie de la politique de la droite», déclare-t-il dans une interview au Journal du dimanche.

Revenant sur le récent remaniement de son premier gouvernement, après seulement cinq mois d'exercice, le Premier ministre souligne qu'il y a «une nouvelle donne européenne (Ndlr : avec le renouvellement de la Commission européenne) et qu'il y a eu une clarification politique au sein du gouvernement», avec l'éviction des ministres rebelles Montebourg, Hamon et Filippetti. Et Valls de s'empresser d'aller bien au-delà des seules questions économiques et budgétaires, point de friction avec l'aile gauche de sa majorité. «J'insisterai sur la gravité du moment», ajoute-t-il en évoquant notamment «la menace terroriste que nous n'avons jamais connue à ce niveau-là».

«Je demande à la gauche d'être forte»

Alors qu'écologistes, députés PS frondeurs, «mélenchonistes» et communistes cherchent des voies alternatives à celles de l'exécutif, le Premier ministre assure ne pas voir en ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant