Assemblée : les «cris de poules» d'un député suscitent un nouvel incident

le
0
Assemblée : les «cris de poules» d'un député suscitent un nouvel incident
Assemblée : les «cris de poules» d'un député suscitent un nouvel incident

Tout avait commencé comme chaque mercredi. Ou presque. Car au début de la séance des questions au gouvernement à l'Assemblée nationale, la partie de gauche de l'hémicycle n'était que costumes-cravates. Il a fallu attendre la troisième question, celle du député UMP du Lot-et-Garonne, Jean-Louis Costes pour que les députées de la majorité fassent leur entrée.

Groupées et volontairement en retard, pour protester contre l'incident de séance de la nuit précédente - en plein débat sur la réforme des retraites, Philippe Le Ray, député UMP du Morbihan, a perturbé l'intervention de la député EELV de la Vienne, Véronique Massonneau, en imitant... le cri de la poule- les élues de la majorité ont été littéralement ovationnées par les députés de gauche.

Les députés UMP quittent l'hémicycle

«Ça va! Veuillez regagner vos places! » La clameur interrompant la séance, le président de l'Assemblée nationale, Claude Bartolone a tenté de ramener le calme. «Je ne suis pas sûr que ce soit un bon dossier que vous défendiez là», a déploré le locataire du perchoir.

Il n'était pas au bout de ses peines. Exaspérés par cette «mise en scène», la plupart des parlementaires UMP ont quitté l'hémicycle furieux. Quelques minutes plus tard, leur chef de file Christian Jacob a pris la parole pour clamer l'indignation de son groupe, dénonçant une «mascarade» et une «théatralisation» cautionnée, selon lui, par le président de l'Assemblée. Ce dernier avait tenu à «adresser au nom de très nombreux d'entre nous nos amitiés à Véronique Massonneau» en ouvrant la séance.

«L'égalité entre l'homme et la femme fait partie des combats» qui doivent être menés par l'Assemblée, a répliqué Claude Bartolone, depuis le perchoir, renvoyant Christian Jacob à la «conférence des présidents de groupe» convoquée «à 16h15 pour tirer les leçons des événements qui se sont déroulés hier soir».

«Le machisme ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant