Assemblée : le hold-up des Constructifs à la questure

le
3
Assemblée : le hold-up des Constructifs à la questure
Assemblée : le hold-up des Constructifs à la questure

Personne ne l'avait vu venir ! Mercredi à la suprise générale, Thierry Solère, député LR des Hauts-de-Seine et principal artisan des Constructifs (ces députés de la droite et du centre prêts à travailler avec Emmanuel Macron) a été élu questeur de l'Assemblée nationale. Au nez et à la barbe du député LR « canal historique » Eric Ciotti, lui aussi candidat à ce poste clé, prestigieux et très rémunérateur.

 

La tradition veut que l'un des trois questeurs, chargé des finances de l'Assemblée, soit choisi parmi l'opposition. Le choix de Solère n'a donc pas manqué de faire hurler le groupe les Républicains. « Faire battre Ciotti à la questure pour faire élire Solère, ce n'est pas démocratique. Solère n'est pas le représentant de l'opposition parlementaire, les Constructifs, ce n'est pas l'opposition », s'offusque un sénateur LR. Scandalisé, Christian Jacob, président des LR au Palais-Bourbon, fustige un « déni de démocratie ». Tandis que le candidat malheureux Eric Ciotti ne décolère pas : « En se débrouillant pour faire élire Thierry Solère, qui est son allié, Macron veut garder la main sur la questure et donc sur le contrôle des finances de l'Assemblée nationale. »

 

Invectives à gogo

 

Du côté des Constructifs, on tente -- tant bien que mal -- de se défendre de tout hold-up. « Notre candidature a vocation, au contraire, à faire en sorte que les droits de l'opposition soient respectés. Cette questure sera celle de tous les groupes de l'opposition », justifie Franck Riester, le coprésident LR des Constructifs. Thierry Solère, le nouveau questeur, lui, reste droit dans ses bottes. « N'en déplaise à M. Jacob, la questure ne peut pas être confisquée par le seul groupe LR. C'est ouvert aux groupes minoritaires. J'ai proposé ma candidature et j'ai été élu par la majorité des 577 députés », fait-il valoir. Reste que mercredi, l'hémicycle était en ébullition : suspensions de ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • jcaumon2 il y a 7 mois

    Pourquoi y aurait-il des "coutumes d'attribution" des postes alors qu'il y a un vote démocratique E. Ciotti fidèle aux idées ultra-libérales LR ne conçoit la démocratie qu'au travers du prisme des luttes de pouvoir.

  • M8613027 il y a 7 mois

    Diviser pour mieux régner ... Un adage de fait du Prince Macron

  • s.thual il y a 7 mois

    Les constructifs...curieux non manque plus que à créer les destructifs pour faire contrepoids.enfin pour les places la ils savent se démolir entre eux ....attendons la suite,,,je ai connu un questeur qui dans un reportage télé. Disait que les dépenses devaient rester secrète pour le public inapte à comprendre,,,ben oui au prix des menus et des indemnités prêts etc de toutes sortes,va z y mimile. ..