Assemblée : le gouvernement assure le «service après-vente» de Hollande

le
1
Assemblée : le gouvernement assure le «service après-vente» de Hollande
Assemblée : le gouvernement assure le «service après-vente» de Hollande

La conférence de presse de François Hollande, et notamment ses annonces concernant le «pacte de responsabilité», a sans surprise occupé la majeure partie de la séance des questions au gouvernement de ce mercredi à l'Assemblée. Aux ministres d'assurer le «service après-vente» dans l'hémicycle. A commencer par le premier d'entre eux.

Jean-Marc Ayrault a appelé à la mobilisation pour mettre en oeuvre le pacte de responsabilité. «Je vous invite à mobiliser toutes et tous, et d'abord vous-mêmes, pour réussir cet immense chantier au service de la France.» Et a pris la droite à partie : «Mesdames et Messieurs de l'opposition, serez-vous au rendez vous de ce pacte ?»

«Il ne s'agit pas du tout de faire la politique du rabot, a-t-il assuré. Il s'agit de réformer en profondeur, puisqu'il s'agit de sauver le modèle social et républicain français.» Et de défendre cette réforme qui se fait «dans un esprit social-démocrate, ce qui veut dire qu'à la fois on prend en compte la réalité de l'entreprise et de l'économie mais qu'on prend aussi en compte celle de la justice sociale, celle de la solidarité qui est au coeur du modèle français».

«Aucune forme de reniement ou de tournant»

Pris à partie par le chef de file des députés Front de gauche, André Chassaigne, qui a déploré une «accélération des réformes libérales», Jean-Marc Ayrault a rétorqué : «Pour moi, la gauche quel que soit son nom, qu'elle soit socialiste, sociale démocrate ou qu'elle soit communiste, ce n'est pas toujours plus de dette et plus de déficit.»

«Ensemble, nous pouvons faire un chemin, M. le président Chassaigne. Le chemin est difficile, exigeant, mais c'est notre responsabilité. Le pacte de responsabilité proposé aux entreprises comme aux partenaires sociaux, ce n'est rien d'autre que donner de l'espoir, donner de la confiance et d'abord donner de l'emploi.» Pas de quoi convaincre l'élu du Puy-de-Dôme. «C'est difficile ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • M4888303 le mercredi 15 jan 2014 à 19:50

    Monsieur Ayrault doit d'abord manger son chapeau et ensuite mettre au pas tous les députés socialistes.Il va donc préparer les lignes de la nouvelle politique voulue par le Président et engager la responsabilité de son gouvernement.Si approbation les députés socialistes sont verrouiillés,sinon censure!Alors Hollande dissout et avec la nouvelle majorité nomme Borloo 1er ministre et lui termine paisiblement son quinquennat!!!!