Assemblée : la loi Fioraso adoptée sans les écolos

le
0
Assemblée : la loi Fioraso adoptée sans les écolos
Assemblée : la loi Fioraso adoptée sans les écolos

C'est un tournant dans le fonctionnement de la majorité. Le projet de loi sur l'enseignement supérieur et la recherche, qui vise à améliorer la réussite étudiante et élargit l'enseignement en anglais, a été adopté ce mardi à l'Assemblée nationale, avec les voix des seuls socialistes et radicaux de gauche. Examiné au Parlement en procédure accélérée, le projet de loi va désormais passer entre les mains des sénateurs.

Le texte défendu par la ministre Geneviève Fioraso a recueilli 289 voix pour et 248 voix contre, associant l'UMP et l'UDI, mais aussi le Front de Gauche et les écologistes. Une première depuis le début de la législature. Jamais les écologistes n'avaient voté à l'unanimité contre un texte présenté par le gouvernement. Sur le traité européen, à l'automne 2012, une majorité des douze députés EELV avait voté contre, mais trois s'étaient prononcés pour et deux s'étaient abstenus.

La «grande déception» des écologistes face à l'absence de «rupture»

Les socialistes ont défendu un projet de loi «ambitieux» pour la réussite étudiante et restaurant «le rôle de l'Etat stratège» dans la recherche. Les radicaux de gauche ont soutenu la volonté que «l'ascenseur social soit toujours impulsé par les universités». La droite, elle, a reproché au gouvernement de remettre en cause l'autonomie des universités instaurée par la loi Pécresse.

Quant aux députés écologistes et du Front de Gauche, ils ont exprimé leur «grande déception» face à un texte ne marquant pas «une rupture» avec la politique menée sous le quinquennat Sarkozy. Les écologistes appliquent ainsi à la lettre la motion votée samedi dernier au conseil fédéral réclamant «un changement de cap» du gouvernement. Membres à part entière de la majorité, ne commettent-ils pas là une entorse à la solidarité gouvernementale?

Pascal Durand : «Plus ça va avancer, plus on va être exigeants»

Ce «n'est...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant