Assemblée : Guaino pose une question sur... lui-même

le
0
Assemblée : Guaino pose une question sur... lui-même
Assemblée : Guaino pose une question sur... lui-même

«On n'est jamais aussi bien servi que par soi-même», dit l'adage. Ce mardi après-midi, Henri Guaino l'a appliqué à la lettre. Le député UMP des Yvelines a profité de la séance de questions au gouvernement pour interroger la garde des Sceaux, Christiane Taubira, sur son propre cas. Une récidive. Fin mai, il avait déposé une proposition de résolution réclamant la suspension des poursuites judiciaires engagées contre... lui-même.

Poursuivi pour ses attaques contre le juge Jean-Michel Gentil après la mise en examen de Nicolas Sarkozy dans l'affaire Bettencourt, en 2013, Guaino a été relaxé jeudi dernier. «C'était juste, c'était courageux», se félicite le principal intéressé. Las, le parquet a fait appel. Et cela, l'ex-plume de Nicolas Sarkozy ne le digère pas.

Un «procédé assez déconcertant»

A l'occasion de la séance des questions au gouvernement de ce mardi, il a donc décidé d'interpeller directement Christiane Taubira à ce propos. «Je ne vous fais pas le procès d'y être pour quelque chose», précise-t-il d'emblée. Mais il s'interroge : «Indépendance ou corporatisme ? Indépendance ou pression syndicale ? Indépendance ou climat malsain et revanchard ?»

Guaino n'en démord pas, «il y a des magistrats qui honorent la justice, d'autres qui la déshonorent». Et d'interpeller la ministre de la Justice : «N'avez-vous donc rien à dire sur les dérives de certaines juges?»

Taubira commence par juger ce «procédé assez déconcertant». Et par estimer qu'il y aurait eu «quelque élégance» à faire poser cette question par un autre... La ministre s'en tient à sa ligne : «L'indépendance de la justice, chez nous ce n'est pas un slogan».

«Ce gouvernement respecte l'engagement de ne jamais intervenir dans les procédures», martèle la garde de Sceaux, qui finit par se demander si Guaino, n'a pas retenu de la Ve République, «davantage les manies d'intrusion, que le respect de la séparation des ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant