Assemblée : crispations après l'élection du chef de file des députés UDI

le
0
Assemblée : crispations après l'élection du chef de file des députés UDI
Assemblée : crispations après l'élection du chef de file des députés UDI

 «Je me félicite de voir @JLBorloo retrouver l'énergie nécessaire pour faire l'élection au groupe UDI au détriment de la parole donnée...» Ce tweet cinglant, adressé à l'ex-patron de l'UDI, qui a raccroché il y a dix jours pour raisons de santé, est signé François Sauvadet.

Si le député UDI de Côte-d'Or est si virulent, c'est qu'il comptait bien accéder à la présidence du groupe UDI à l'Assemblée nationale en remplacement de Jean-Louis Borloo. Or, c'est le député d'Eure-et-Loir, Philippe Vigier, qui a été élu au poste ce mardi par 16 voix contre 12 à François Sauvadet.

Je me félicite de voir @JLBorloo retrouver l'énergie nécessaire pour faire l'élection au groupe UDI au détriment de la parole donnée...? François SAUVADET (@sauvadet) April 15, 2014

«Tensions préalables et amitiés postérieures»

«Dans un vote de groupe, il y a beaucoup de tensions préalables et d'amitiés postérieures», a déminé après l'élection le porte-parole des députés UDI, Jean-Christophe Lagarde, évoquant les «deux candidats légitimes» qui étaient en lice.

L'heureux élu «sera un bon président car c'est un gros bosseur», l'a félicité sur Twitter le député de l'Eure et président du Nouveau Centre, Hervé Morin, dont Philippe Vigier est un proche. «Il a garanti le rassemblement» au sein du groupe UDI, a abondé Jean-Christophe Lagarde.

Tellement heureux que mon ami @VigierPhilippe soit élu président du groupe @UDI_off. Il sera un bon président car c'est un gros bosseur.? Hervé Morin (@Herve_Morin) April 15, 2014

Le plus dur reste à faire pour les centristes - «aussi facile à diriger qu'une brouette remplie de grenouilles», selon la célèbre formule de François Bayrou : désigner le remplaçant de Jean-Louis Borloo à la tête de l'UDI en octobre. D'ici là, la présidence par intérim a été confiée au délégué général, Yves Jégo. Cette succession ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant