Assaut des milices kurdes contre l'armée syrienne à Hassaka

le
1
    par Rodi Said 
    HASSAKA, Syrie, 22 août (Reuters) - Les milices kurdes YPG 
ont annoncé lundi avoir donné l'assaut contre l'armée syrienne à 
Hassaka pour s'emparer des dernières parties de la ville 
contrôlées par le gouvernemnt. 
    L'offensive des YPG (Unités de protection du peuple) a 
commencé après minuit. Il s'agit de reprendre le quartier 
sud-est de Nachoua, près du bureau du gouverneur. La puissante 
milice s'était auparavant emparée de Ghouaïran. 
    Quand les combats se sont intensifiés la semaine dernière, 
des milliers de civils se sont réfugiés dans les villages 
alentours, rapportent des habitants. 
    Les récents combats à Hassaka sont les plus violents entre 
le gouvernement de Damas et les YPG depuis le début de la guerre 
civile, il y a plus de cinq ans. L'armée syrienne a ainsi 
déployé ses avions de guerre contre les YPG la semaine dernière 
pour la première fois depuis le début du conflit.  
    Cela a conduit la coalition internationale menée par les 
Etats-Unis en Syrie à dépêcher ses propres avions pour protéger 
les forces spéciales américaines au sol, qui sont chargées 
d'aider à la formation de certains rebelles modérés et notamment 
des YPG.  
    Les Unités de protection du peuple sont au coeur de la 
campagne de la coalition internationale dirigée par les 
Etats-Unis contre l'Etat islamique. Elles contrôlent une partie 
du nord de la Syrie, où, associés à d'autres groupes kurdes, 
elles ont installés leur propre gouvernement. 
     
    DANS LA LIGNE DE MIRE 
    Les médias publics syriens ont accusé la force de sécurité 
Assayich liée aux YPG de ne pas respecter le cessez-le-feu et 
d'avoir incendié des bâtiments publics à Hassaka. 
    Les YPG, qui nient être entrées dans une trêve, ont 
distribué des tracts et fait des annonces par haut-parleur pour 
demander au personnel militaire et aux milices qui soutiennent 
le gouvernement de remettre leurs armes. 
    "A tous les éléments du régime et à ses milices qui sont 
assiégés dans la ville : vous êtes dans la ligne de mire de nos 
unités", lit-on sur les tracts diffusés par les YPG. 
    "Nous avons décidé cette bataille et nous ne reculerons pas 
(...) Nous vous appelons à remettre vos armes ou à vous compter 
pour morts", ajoute le tract. 
    Les YPG sont la branche armée du Parti de l'union 
démocratique (PYD), parti politique syrien lui-même lié au Parti 
des travailleurs du Kurdistan (PKK) qui défend l'autonomie des 
Kurdes en Turquie voisine. 
    Les YPG laissent entendre qu'elles sont prêtes à laisser une 
présence gouvernementale dans la zone de sécurité où se trouvent 
les bâtiments publics au coeur de la ville.  
    Des habitants soulignent que l'armée syrienne a donné des 
armes et des territoires aux YPG au début du conflit quand 
Bachar al Assad cherchait à éliminer avant tout les rebelles 
arabes sunnites qui cherchaient à le renverser. 
    Le gouverneur d'Hassaka a dit aux médias publics après la 
flambée de violence que l'armée syrienne avait certes donné des 
armes et des chars aux YPG pour lutter contre les éléments 
djihadistes, mais qu'elle ne s'attendait pas à ce qu'ils se 
retournent contre elle. 
 
 (Avec Suleiman Al-Khalidi; Danielle Rouquié pour le service 
français) 
 
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • noterb1 il y a 4 mois

    Encore une fois on a donné des armes à des gens qui se retournent contre leurs donateurs . Rien de neuf . Cela a été le cas avec les talibans , avec une partie de l'armée irakienne etc.... les intérêts sont divergents et la présence des troupes étrangères des deux côtés de la barrière montre à quel point le problème ne se règlera qu'entre les pays de la région et à coup de kalachnikov seul langage qu'ils semblent comprendre .