"Assassinée" en 1984, elle réapparaît 30 ans plus tard

le
2
Petra Pazsitka au moment de sa disparition, en 1984.
Petra Pazsitka au moment de sa disparition, en 1984.

Tout le pays est sous le choc. En Allemagne, "l'affaire Petra Pazsitka" est un fait-divers tristement célèbre. L'histoire de cette jeune étudiante de 24 ans disparue en 1984 et dont le corps n'avait jamais été retrouvé. Plus de 30 ans plus tard, Petra Pazsitka, aujourd'hui âgée de 55 ans, vient de réapparaître, vivante et en parfaite santé, à près de 300 kilomètres du lieu de sa disparition. Sa famille, ses amis, la justice, ont pourtant cru pendant tout ce temps que la jeune femme avait été assassinée en juillet 1984 à Brunswick, dans le Nord du pays. Ce jour-là, Petra sortait d'un rendez-vous chez le dentiste et devait se rendre à la fête d'anniversaire de son frère. Mais elle n'arrivera jamais. La police fait rapidement le rapprochement avec une affaire similaire, le viol et le meurtre d'une adolescente de 14 ans survenus un an auparavant. Quelque temps après la disparition de Petra Pazsitka, un apprenti charpentier avoue les deux meurtres. Affaire classée.

Un simple cambriolage

Jusqu'à ce que, le 11 septembre dernier, une femme de 55 ans se présente au poste de police de son quartier, à Düsseldorf, pour dénoncer un cambriolage. Problème : "Madame Schneider", comme elle se présente elle-même, refuse de montrer ses papiers. Devant l'insistance des agents, elle finit par craquer et par donner sa véritable identité. Elle s'appelle "Petra Pazsitka" et vit depuis plus de 30 ans sans documents d'identité, dans différentes...

Lire la suite sur Le Point.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • M3182284 le mardi 29 sept 2015 à 12:30

    QUi est le monstre? La famille, pour la faire fuir ainsi, ou elle, pour laisser sa famille dans une telle détresse? C'est monstrueux en tout cas.

  • dotcom1 le mardi 29 sept 2015 à 12:23

    L'apprenti-charpentier a-t-il purgé sa peine? Si oui, il est en droit d'assaissiner cette femme sans retourner en prison car on ne peut être jugé deux fois pour le même crime