Assassinat du Russe Boris Nemtsov : un «crime minutieusement planifié»

le
0
Assassinat du Russe Boris Nemtsov : un «crime minutieusement planifié»
Assassinat du Russe Boris Nemtsov : un «crime minutieusement planifié»

23h15 vendredi soir, sur le Grand pont de pierre, à quelques pas du Kremlin à Moscou. Boris Nemtsov, l'un des opposants les plus farouches à la politique menée par Vladimir Poutine, se promène à pied avec une jeune femme. Une voiture s'approche de lui. Une personne sort une arme et tire des coups de feu. Quatre balles atteignent le dos de Boris Nemtsov, le tuant sur le coup. 

Ce samedi, l'enquête autour de cette «provocation», selon les mots du président russe Vladimir Poutine, avance. «Il ne fait aucun doute que ce crime a été minutieusement planifié, tout comme le lieu choisi pour le meurtre», estime le Comité d'enquête russe dans un communiqué. Autre information importante : «Selon toute vraisemblance, l'arme utilisée est un pistolet Makarov». 

Tué avec une arme très commune

C'est une arme de poing très répandue en Russie et utilisée par les forces de police et l'armée, poursuit le communiqué. Les enquêteurs ont retrouvé sur les lieux du meurtre six douilles de munition de calibre 9 mm. Mais les douilles proviennent de différents fabricants, ce qui va rendre plus difficile leur identification.

Enfin, les enquêteurs sont désormais persuadés que les auteurs connaissaient bien les habitudes de l'opposant. «Boris Nemtsov se rendait avec sa compagne à son appartement, qui est situé non loin du lieu des faits. Il est évident que les organisateurs et les auteurs de ce crime étaient informés de son trajet», conclut le Comité d'enquête. 

Boris Nemtsov en 2012 (AFP/Natalia Kolesnikova)

Plusieurs témoins ont assisté à la scène

Boris Nemtsov se promenait avec une jeune femme sur le Grand Pont de pierre, juste à côté du Kremlin, quand «vers 23h15, une voiture s'est approchée d'eux, quelqu'un a tiré des coups de feu, dont quatre l'ont touché dans le dos, causant sa mort», a déclaré vendredi une porte-parole du ministère russe de l'Intérieur. Un responsable du Comité d'enquêtes, Vladimir ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant