Assassinat de Brahmi : des funérailles nationales samedi en Tunisie

le
0
Assassinat de Brahmi : des funérailles nationales samedi en Tunisie
Assassinat de Brahmi : des funérailles nationales samedi en Tunisie

Au lendemain de l'assassinat par balles du député d'opposition Mohamed Brahmi, la grève générale, lancée en signe de protestation, a été fort suivie en Tunisie, provoquant notamment l'annulation de nombreux vols aériens. Le président de la République tunisienne, Moncef Marzouki, a également décrété un jour de deuil national. Alors que la famille de l'opposant met en cause Ennahda, le ministre tunisien de l'Intérieur accuse un salafiste «extrémiste» d'être impliqué dans la mort de Mohamed Brahmi et dans celui de Chokri Belaïd, tué il y a près de six mois. L'arme en tout cas est la même.

Des funérailles nationales. Le cortège funèbre de Mohamed Brahmi va emprunter samedi un parcours de 10 km environ entre son domicile et le cimetière d'El Jallez. «Il sera inhumé au carré des martyrs aux côtés de Chokri Belaïd», a indiqué l'épouse du député assassiné jeudi. La centrale syndicale (UGTT) a annoncé l'organisation des funérailles nationales pour cet opposant très critique du parti Ennahda. Le ministère de l'Intérieur a annoncé le déploiement d'un dispositif sécuritaire important «pour assurer le bon déroulement des obsèques».

La piste du salafiste «extrémiste». «Les premiers éléments de l'enquête ont montré l'implication de Boubaker Hakim, un élément salafiste extrémiste», affirme ce vendredi le ministre tunisien de l'Intérieur, Lotfi Ben Jeddou. L'homme serait impliqué dans l'assassinat de l'opposant de gauche Chokri Belaïd, tué aussi par balles le 6 février 2013. L'arme est la même. Le gouvernement a publié une liste de 14 personnes -des extrémistes radicaux, certains appartenant à Ansar Ashariaa, principale organisation salafiste en Tunisie. Quatre ont été arrêtées, deux sont en liberté conditionnelle, huit sont en fuite, dont Boubaker Hakim. Ce dernier, né à Paris, était déjà recherché en Tunisie pour détention et trafic d'armes, a ajouté le ministre précisant ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant