Assange crie «victoire» au balcon de l'ambassade d'Équateur à Londres

le , mis à jour à 18:25
0
Assange crie «victoire» au balcon de l'ambassade d'Équateur à Londres
Assange crie «victoire» au balcon de l'ambassade d'Équateur à Londres

«Victoire!» a déclaré Julian Assange, ému, en apparaissant vendredi après-midi au balcon de l'ambassade d'Équateur à Londres, après la décision d'un comité de l'ONU qui a appelé à mettre fin immédiatement à sa détention arbitraire. Une demande pourtant  rejetée par le Royaume-Uni et la Suède.

«Comme c'est bon! C'est une victoire indéniable. C'est une victoire d'une importance historique», a déclaré le fondateur de WikiLeaks, s'adressant à un petit groupe de sympathisants rassemblés devant l'ambassade d'Equateur à Londres où il est confiné depuis plus de trois ans.  Évoquant ses enfants, il a ajouté: «Il est temps qu'ils retrouvent leur père. Cela arrivera, d'une manière ou d'une autre.» «Je suis coriace», a-t-il dit. «Toutefois, de quel droit ce gouvernement (britannique, ndlr) et les gouvernements américain et suédois refusent-ils à mes enfants le droit de voir leur père depuis cinq ans?» s'est-il insurgé.

Dans la matinée, l'Australien âgé de 44 ans est apparu sur un écran géant lors d'une conférence de presse organisée par ses avocats, le teint pâle, en cravate, barbichette et cheveux blancs. Le cybermilitant australien a salué «une victoire significative qui (l')a fait sourire» et affirmé que la décision de l'ONU était «légalement contraignante».

Julian Assange a été «arbitrairement détenu par la Suède et le Royaume-Uni depuis son arrestation à Londres le 7 décembre 2010», a estimé le groupe de travail de l'ONU, dans des conclusions publiées vendredi à Genève. Le comité appelle «les autorités suédoises et britanniques» à «mettre fin à sa détention»et à respecter le droit du fondateur de WikiLeaks à être «indemnisé». Ces dernières ont répliqué que cette décision ne changeait rien, ouvrant le débat sur son caractère contraignant ou pas.Londres a immédiatement laissé ainsi entendre qu'il serait arrêté s'il mettait un pied hors de l'ambassade.

VIDEO. ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant