Assange coincé dans son ambassade : les précédents

le
0
Le fondateur de WikiLeaks risque l'arrestation s'il met un pied hors de l'ambassade d'Équateur à Londres, où il s'est réfugié. Des exemples du passé montrent qu'un tel statu quo peut durer des mois, voire des années.

Réfugié depuis deux mois à l'ambassade d'Équateur de Londres, Julian Assange y est désormais coincé. Alors que l'Équateur a pérennisé sa protection, jeudi, en lui accordant l'asile politique, le Royaume-Uni campe sur ses positions: hors de question de laisser l'Australien sortir librement du pays. Cette situation pourrait-elle s'éterniser durant des mois, voire des années? «C'est possible», a lâché le ministre des Affaires étrangères britannique, William Hague, évoquant même la possibilité d'une période de temps «considérable». Quelques exemples passés donnent une idée des scénarios envisageables.

o Chen Guangchen: le bras de fer entre Washington et Pékin

La dernière fois qu'une ambassade s'est trouvée au centre d'un tel imbroglio diplomatique, c'était à propos du sort de Chen Guangchen. Assigné à résidence dans son pays, ce militant chinois des droits de l'homme parvient en avril dernier à échapper à la vigilance de ses geôliers pour gagner

...

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant