Assad tourne en dérision les frappes britanniques en Syrie

le
0
    LONDRES, 6 décembre (Reuters) - Les frappes aériennes 
britanniques contre le groupe djihadiste Etat islamique (EI) en 
Syrie ne serviront à rien, sinon à le renforcer, estime Bachar 
al Assad dans une interview accordée au Sunday Times. 
    Dans cet entretien réalisé avant que le parlement ne donne 
son feu vert aux frappes, jeudi, le président syrien tourne plus 
généralement en dérision la stratégie du Premier ministre David 
Cameron en affirmant notamment que les rebelles "modérés" sur 
lesquels il dit vouloir s'appuyer pour lutter contre l'EI 
n'existent pas. 
    "Ils vont une nouvelle fois échouer", prédit Bachar al 
Assad. "Vous ne pouvez pas soigner une partie d'une tumeur 
cancéreuse. Il faut l'extraire complètement. Ce genre 
d'opération (les frappes aériennes, NDLR) revient à traiter une 
partie du cancer. Cela va le faire se répandre plus rapidement 
dans l'ensemble du corps." 
    Le président syrien juge par ailleurs totalement imaginaire 
le chiffre de 70.000 rebelles modérés avancé par Londres. 
    "C'est le dernier épisode d'une longue série de mascarades 
de la part de David Cameron... Qui sont-ils? Où sont les 70.000  
modérés dont il parle? Il n'y en a pas 70.000. Il n'y en a même 
pas 7.000", assène le président syrien. 
     
 
 (William James; Tangi Salaün pour le service français) 
 )
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant