Assad ouvert à la discussion avec certains rebelles, dit Poutine

le
2

SOTCHI, Russie/MOSCOU, 22 octobre (Reuters) - Le président syrien Bachar al Assad est disposé à discuter avec certains groupes d'opposition s'il s'avère qu'ils sont véritablement ouverts au dialogue et déterminés à combattre l'Etat islamique, a déclaré jeudi son homologue russe Vladimir Poutine. S'exprimant au lendemain d'une visite surprise effectuée à Moscou par le dirigeant syrien, le président russe a dit que les deux hommes se sont entretenus de la nécessité de trouver une solution politique au conflit qui déchire le pays depuis 2011. Certains responsables gouvernementaux occidentaux estiment de leur côté qu'en soutenant Bachar al Assad et en bombardant des groupes d'opposants, Vladimir Poutine est un obstacle à toute solution politique. Ce dernier dit au contraire penser que l'opération militaire russe crée des conditions propices à l'ouverture d'un dialogue sur l'avenir de la Syrie. "Je vais vous dévoiler en partie le contenu de mes discussions avec le président Assad", a dit Vladimir Poutine lors d'une conférence organisée jeudi soir à Sotchi, sur les rives de la mer Noire. "Je lui ai demandé: 'que feriez vous si nous trouvions, aujourd'hui en Syrie, une opposition armée qui serait disposée à s'opposer et à combattre vraiment les terroristes, contre l'Etat islamique. Quel serait votre point de vue si nous venions soutenir leurs efforts dans le combat contre l'Etat islamique de la même manière que nous soutenons l'armée syrienne ?", a dit le président russe. "Il a répondu 'je verrais cela favorablement", a-t-il poursuivi. Le conflit syrien n'est pas uniquement imputable à l'activisme islamiste, a encore dit Vladimir Poutine, soulignant que la Syrie était traversée par des conflits internes, reconnaissant à demi-mot la légitimité d'au moins une partie des doléances exprimées par certaines franges de l'opposition au régime de Bachar al Assad. (Christian Lowe,; Nicolas Delame pour le service français)

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • delapor4 le vendredi 23 oct 2015 à 00:09

    Il n'y a rien de nouveau. Assad a toujours dit qu'il était prêt à discuter avec les opposants qui n'avaient pas de sang sur les mains.

  • bouchet1 le jeudi 22 oct 2015 à 21:56

    avoir du sang sur les mains facilite les ententes de criminels